Togo : « Il n’y aura pas de meeting en période de la Covid-19, la Fosap y veillera », Gal Yark Damehane

Le Général Yark Damehane, ministre de la sécurité et de la protection civile a indiqué mardi 29 septembre 2020, la…

Parredaction Catégorie Politique le 1 octobre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

Le Général Yark Damehane, ministre de la sécurité et de la protection civile a indiqué mardi 29 septembre 2020, la non tenue du meeting prévue par la DMK.

Il justifie cette interdiction par l’état d’urgence sanitaire. Cette interdiction est considérée par la Dynamique Mgr Kpodzro comme une provocation.

En effet, la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) a annoncé un meeting sur le 4 octobre. Une date qui rappelle la veille des évènements du 5 octobre 1990 au Togo. Ce meeting d’information et de sensibilisation devrait se tenir à Baguida. Aux dernières nouvelles, il n’est pas autorisé par le gouvernement.

Une interdiction justifiée par la pandémie de la Covid-19 selon Yark Damehane

D’après le général Yark Damehane, organiser des manifestations publiques en pleine pandémie sera de mettre la vie des citoyens en danger. « Il n’y aura pas de meeting. Nous sommes en période d’état d’urgence sanitaire », a-t-il souligné. « Si les organisateurs étaient eux même responsables, ils ne programmeraient pas une telle activité », a insisté Yark Damehane.

Pour le gouvernement, la santé de la population est primordiale et doit primer sur tous les autres intérêts. Il faut noter que le gouvernement, depuis le début de la pandémie liée au coronavirus en mars 2020, a eu à interdire tous les rassemblements de plus de 15 personnes.

Cette décision qui vise, selon le gouvernement, à limiter la propagation du virus au sein de la population est toujours en vigueur.

Une interdiction jugée de provocation par la dynamique Mgr Kpodzro

Pour la Dynamique Mgr Kpodzro, l’évocation de la pandémie par le pouvoir en place n’est qu’un prétexte. C’est donc dire que la Dynamique Mgr Kpodzro ne s’inscrit pas dans la logique du gouvernement.

Pour les responsables de ce regroupement, il s’agit du premier meeting après les dernières élections présidentielles « L’interdire sera une provocation de la part du gouvernement », a indiqué un des premiers responsables.

« Nous sommes des partis politiques et nous devons mener des activités. La Covid-19, nous sommes obligés de vivre avec », ont déclaré ses responsables. « Cela peut encore durer », ont-ils poursuivi.

Pour eux, la pandémie ne peut pas empêcher une formation politique de faire un meeting. « Si on le fait, c’est de la provocation » a fait savoir, Fulbert Attisso, coordinateur de la dynamique. « C’est qu’on veut tout interdire dans le pays », a-t-il déclaré le 27 septembre dernier.

Mais pour le ministre de la sécurité Yark Damehane, il ne faut pas qu’ils osent à organiser le meeting. Toutes les dispositions seront prises pour les empêcher. La Fosap y veillera.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *