Togo : un forum de l’ATC pour ralentir l’ampleur des faux médicaments

Les responsables de l’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) se sont entretenus avec les acteurs intervenants dans la commercialisation des produits…

Parredaction Catégorie Santé le 26 octobre 2020 Étiquettes : , , , , ,


Les responsables de l’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) se sont entretenus avec les acteurs intervenants dans la commercialisation des produits médicaux. Cet entretien portait sur les bonnes pratiques à adopter et les actions à mener pour ralentir l’ampleur de la vente des faux médicaments au Togo. C’est au cours d’un forum déroulé vendredi dernier à Lomé.

Ainsi, ce forum s’inscrivait dans le cadre du projet de sensibilisation et de lutte contre le trafic des faux médicaments au Togo, lancé par l’ATC le 13 octobre dernier à Lomé.

Le phénomène prend de l’ampleur

Vente et consommation des faux médicaments, l’ATC dit stop à cette pratique. En effet, d’après le Chargé des affaires juridiques de l’ATC, Kofi Fridolin Adonsou, « le phénomène de faux médicaments prend de l’ampleur dans notre pays. Aujourd’hui selon les sources officielles, au premier trimestre, environ 85 tonnes de faux médicaments ont été saisis ».

« Donc, il est question de réveiller un peu les consciences, de sensibiliser les consommateurs, de mener des plaidoyers auprès des autorités, des parlementaires pour que des actions fortes soient menées en vue d’éradiquer ce phénomène », a-t-il poursuivi.

En effet, les études ont montré que 40% des produits ne répondent pas aux normes, selon les promoteurs. Les faux médicaments se retrouvent dans les circuits parallèles de distribution de médicaments.

Faux médicaments, danger pour la santé et la vie des populations

La consommation des faux médicaments constitue un mal pour le corps humain. Ainsi, Fridolin Adonsou a expliqué où se situe réellement le danger. Pour lui, le danger se trouve à plusieurs niveaux notamment l’acquisition du produit qui est falsifié et qui déjà ne répond pas aux attentes du consommateur. Aussi, l’existence du produit mais qui est à faible dose. Ce qui remet en cause la santé et la vie des populations.

Egalement, le Chargé des affaires juridiques de l’ATC a évoqué les conséquences économiques parce que lorsque le médicament emprunte le circuit normal, il est tracé. Il passe par, explique-t-il, les grossistes, va chez les pharmaciens qui sont habiletés à commercialiser les médicaments.

« Donc, nous ne devons acheter les médicaments qu’en pharmacie. Même avec 100f ou 200f, on a la possibilité d’aller se servir en pharmacie plutôt que d’aller dans les médicaments de rue », a renchéri Fridolin Adonsou.

Lire aussi: Togo/Consommation locale : l’ATC appelle les producteurs à miser sur la qualité pour concurrencer les produits importés

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *