Transition économique durable dans l’espace CEDEAO : première intervention de l’AFD en faveur de la BIDC

L’Agence française de développement (AFD) a accordé, hier mardi, une ligne de crédit de 50 millions d’euros à la BIDC,…

Parredaction Catégorie Economie le 29 juillet 2020

L’Agence française de développement (AFD) a accordé, hier mardi, une ligne de crédit de 50 millions d’euros à la BIDC, la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO.

Le président de la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC), M. George Agyekum Nana Donkor, et la Directrice adjointe de l’Agence Française de Développement (AFD), Mme Mareva Matar, ont signé, mardi 28 juillet au siège de l’institution financière sous régionale, une convention de financement d’un montant de 50 millions d’euros (environ 32,8 milliards de FCFA).

Les objectifs du financement

Ce financement vise à accompagner la relance économique dans huit pays de la CEDEAO, péniblement affectés par la crise liée à la pandémie du Covid-19.

Cette ligne de crédit va contribuer, également, au financement d’investissements de relance économique alignés avec l’Agenda 2030 sur le développement durable, au bénéfice des Etats-membres et des opérateurs économiques de la CEDEAO.

Selon le président de la BIDC, cet accord de financement permettra à son institution de financer les projets dans le domaine énergétique et d’accorder une ligne de crédit à Oragroup afin d’appuyer les grandes entreprises, les petites et moyennes industries en difficultés à cause du coronavirus.

A terme, il s’agit d’améliorer la vie des populations et de régler le problème de pauvreté, qui est devenu une véritable pandémie.

Début d’un partenariat entre l’AFD et la BIDC au service de l’intégration régionale

Pour la Directrice adjointe de l’Agence Française de Développement (AFD), Mme Mareva Matar, ce financement est un partenariat historique entre l’AFD et la BIDC, car « c’est la 1ere ligne de crédit que nous signons ensemble, et nous espérons sincèrement que cela marquera le début d’une longue coopération afin de vous accompagner sur d’autres thématiques ».

« Dans un contexte de relance tel qu’il devra se dessiner à l’issue de la crise sanitaire, l’intégration financière sous régionale constituera un enjeu crucial pour le développement d’un modèle économique plus durable et résilient », a indiqué Mme Mareva Matar

Aussi, a-t-elle expliqué que : « Dans ce contexte, le positionnement des institutions financières régionales de développement, au premier rang desquelles votre institution, doit être renforcé afin de constituer des instruments au service de l’intégration régionale et de la transition vers des modèles économiques plus durables et résilients ».

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *