Transhumance au Togo : démarrage le 31 janvier de la campagne 2021

L’édition 2021 de la campagne de transhumance au Togo vient d’être lancée par le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et…

Parredaction Catégorie Société le 27 janvier 2021 Étiquettes : , , , , , , , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

L’édition 2021 de la campagne de transhumance au Togo vient d’être lancée par le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et du Développement Rural (MAEDR). Celle-ci s’ouvre officiellement le 31 janvier et se poursuit jusqu’au 31 mai 2021. Tout l’ensemble du territoire national est concerné par cette campagne de transhumance.

On parle de transhumance quand un troupeau change de lieu en fonction de la saison ou des conditions climatiques d’une localité ou région. C’est un phénomène de longue date qui se présente presque sur tous les continents.

Campagne de transhumance au Togo: dispositions nécessaires

À l’origine, la transhumance vise à bien nourrir le troupeau et favoriser sa reproduction. Mais cette période de migration est souvent à l’origine des actes de violences, et même des décès. Ainsi, le gouvernement ne cesse de prendre des mesures afin de limiter les dégâts en période de transhumance.

Pour cette campagne de transhumance au Togo qui s’annonce, le ministre Antoine Gbégbéni a, dans une note, attiré l’attention des différents acteurs impliqués. Il s’agit notamment des comités et responsables préfectoraux, des agriculteurs, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) ainsi que des partenaires.

Ces acteurs sont donc invités à œuvrer afin d’assurer le bon déroulement de ce « mouvement saisonnier de bétails traversant plusieurs pays de la sous-région ». Ceci, en prenant des dispositions nécessaires allant dans le cadre du Plan Opérationnel de Gestion de Transhumance (POGT).

Un plan qui a fait preuve d’importants résultats

Le POGT est un document qui comporte des propositions de solutions visant à assurer une coexistence pacifique entre les populations dans la sous-région ouest-africaine. Il a été élaboré par le gouvernement togolais dans le cadre de sa politique de prudence. Ainsi, le POGT s’adapte aux nouveaux enjeux relevés au cours des différentes campagnes de transhumance au Togo.

En 2020, le Togo a enregistré, au minimum, 30 000 têtes de bovins. Leur passage a provoqué des conflits entre les éleveurs et les populations autochtones. Au total, douze (12) personnes ont perdu la vie dans ces incidents tandis que 10 millions de FCFA ont été décaissés pour l’indemnisation des victimes.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *