Togo : un opposant, séduit par UNIR, dézingue ses compagnons de lutte

Si depuis plus de trente ans l’opposition togolaise n’arrive pas à obtenir l’alternance, c’est un péché, selon Jean KISSI dans…

Parredaction Catégorie Politique le 29 juillet 2020

Si depuis plus de trente ans l’opposition togolaise n’arrive pas à obtenir l’alternance, c’est un péché, selon Jean KISSI dans l’Emission Audi Actu sur Victoire Fm.

Reçu ce mercredi sur les ondes de la Radio Victoire FM pour se prononcer sur l’actualité nationale et internationale, le Secrétaire Général du CAR, Jean KISSI, n’a pas hésité à critiquer l’opposition togolaise dont il fait partie. Sans détours, il déclare que « l’opposition togolaise pèche ».

Des échecs dus aux coups bas dans l’opposition

S’il y a une unanimité autour de la question de division au sein de l’opposition togolaise, pour Jean KISSI, les échecs de l’opposition depuis 1990 s’illustrent par des coups bas. Pour lui, cette manière ne date pas d’aujourd’hui.

La haine étant de mise, lorsqu’un leader de l’opposition semble monter en popularité et en représentativité, au lieu de le soutenir, la première chose qui vient à l’idée de ces compagnons de lutte est comment le descendre pour prendre sa place.

Il a bien illustré ses propos par tout ce que son mentor feu Me Yawovi AGBOYIBO a enduré de la part de ces amis de l’opposition avant de finir sa démonstration sur le cas Tchikpi Atchadam.

Il se dit déçu, car l’opposition n’a pas pu honorer son engagement devant le peuple togolais. « Les opposants ont déçu la population. En 30 ans de combat démocratique, nous ne sommes parvenus aux résultats escomptés », a-t-il déclaré. Au moment où, l’opposition pèche par sa division, le parti au pouvoir se consolide.

Le parti au pouvoir se renforce sans cesse

Sur la question de son silence depuis un certain temps, Jean KISSI ne s’est pas seulement focalisé sur les échecs de l’opposition. Pour lui, au moment où l’opposition reste divisée, le parti au pouvoir se renforce.

En effet, faisant allusion à la notion de dissolution fusion qui a caractérisé la création du parti Union Pour la République (UNIR), il s’agissait, selon lui, de donner un nouveau souffle au parti présidentiel. « Un vieux parti ayant tous les moyens qui demeure dans la logique de se consolider en cherchant toujours à rallier d’autres regroupements » a-t-il indiqué.

Après les élections présidentielles du 22 février 2020 donnant, une fois encore, la victoire au président sortant Faure Gnassingbé, l’opposition doit s’autocritiquer.

Aujourd’hui, la déclaration de Jean KISSI confirme la thèse d’un manque de figure emblématique de l’opposition capable d’obtenir l’alternance politique tant souhaitée au Togo. L’appel est, donc, lancé pour une prise de conscience de toute l’opposition togolaise.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *