Togo/Sports : faute d’espaces dédiés, les sports de glisse se pratiquent dans les rues de Lomé

Au Togo, l’on voit de plus en plus de jeunes qui s’intéressent aux sports de glisse. Sans un espace approprié…

Parredaction Catégorie Sport le 29 juillet 2020

Au Togo, l’on voit de plus en plus de jeunes qui s’intéressent aux sports de glisse. Sans un espace approprié et aménagé pour la pratique, les rues de la capitale togolaise sont pris d’assaut en journée ou en soirée par des jeunes qui font du roller. Les jeunes patineurs prennent des risques énormes en se faufilant entre les voitures et motos pour se frayer un chemin.

Les sports de glisse et spécialement le roller gagne le cœur de plusieurs jeunes togolais. Ce sport comme tout autre a besoin d’un espace approprié pour sa pratique. Au Togo, les patineurs se retrouvent dans les rues pour s’exercer.

A la découverte du roller togolais

En janvier 2012, une fédération togolaise des sports de glisse et de ski (FTSGS) a été créée. Elle est présidée par Evénamédé Roger. Cette instance est placée sous la coupole du comité national olympique du Togo (CNO-Togo), et de la Fédération internationale de ski (FIS).

Les clubs de roller du Togo se sont mis ensemble au sein de l’Association togolaise de roller international. En 2017, le Togo a abrité la première édition du championnat africain de roller sport qui a connu la participation de 24 fédérations venues d’Afrique.

La FTSGS compte, à ce jour, la participation de deux athlètes aux jeux olympiques d’hiver de Sotchi (Russie) 2014 et un athlète au jeux olympiques à PyeongChang en 2018. Il faut rappeler la tenue du championnat national de roller sport avant la CAN de 2017.

Le manque d’infrastructures, un danger pour le roller togolais

En huit années d’existence, la FTSGS ne dispose pas de terrain aménagé pour la pratique de sa discipline. C’est alors face à ce manque que les athlètes des différents clubs occupent l’esplanade du palais des congrès ainsi que les artères de Lomé pour s’exercer à tous les prix.

Si le patineur est censé respecter le code de la route lorsque ses patins roulent sur la voie publique, ceux du Togo ne se conforment pas à la norme. Sans grande protection, les rollers togolais se taillent un chemin entre les engins stationnés ou non dans les rues.

Ce sport qui suscite tant d’admiration de la part des togolais constitue pour autant un danger pour aussi bien le patineur que les autres usagers de la route. En se faufilant entres les véhicules à moteur, le patineur peut être victime ou cause d’accident (qui peut lui être fatal).

Par ailleurs, sous encadrement des agents de sécurité, il se tient une fois par mois, des compétitions de roller ou roller ball sur des artères de rue (Agoè), bloquant la circulation. Ces pratiques posent, tout de même, un véritable problème de la place du sport au Togo.

 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *