Togo : Pré Simféitchéou, de la primature à la NSCT

Pas de répit pour l’ex directeur de cabinet de la primature, Mathias Pré Simfétcéhou. Le ministre vient d’être porté à…


Pas de répit pour l’ex directeur de cabinet de la primature, Mathias Pré Simfétcéhou. Le ministre vient d’être porté à la tête du conseil d’administration de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT).

Le nouveau Président du Conseil d’Administration (PCA) remplace ainsi feu Kossi Ewovor, l’ancien ministre de l’Agriculture. Ce dernier avait tiré sa révérence le 31 août dernier à la suite d’une courte maladie.

Place au travail

Mathias Pré Simfétcéhou a passé douze années à la direction du cabinet du Premier ministre. Le 02 novembre dernier, il a cédé son bureau à Etsri Homévor, ancien secrétaire général du ministère de la Planification.

Selon les informations, le nouveau PCA a présidé, le 30 octobre dernier, deux réunions au sein de la NSCT. Occasion pour le nouveau locataire de prendre contact avec les membres du conseil et de s’approprier les dossiers en cours de traitement.

Aussi, les compétences de Mathias Simfétcéhou, cadre du parti Union pour la République (UNIR) seraient sollicitées par la présidence de la République. Le natif de la préfecture de la Binah (région de la Kara) serait en charge du portefeuille de la Planification.

La NSCT, le booster de la filière coton au Togo

C’est la ville d’Atakpamé dans la région des plateaux qui abrite le siège de la NSCT. Société d’économie, elle œuvre essentiellement pour le développement et la valorisation de la culture cotonnière sur toute l’étendue du territoire national.

La NSCT est détenue à 60% (1 milliard 200 millions) par l’Etat et 40% (800 millions) par la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton du Togo (FNGPC). Mais l’Etat togolais a cédé, le 29 juin 2020, 51% de ces 60% des parts au Groupe OLAM. La démarche a été actée par un vote à l’Assemblée Nationale.

En rappel, le coton est la première et principale culture de rente au Togo. Il est cultivé dans toutes les régions du pays. Selon la NSCT, le coton a beaucoup influencé l’évolution des exploitations agricoles et les revenus des agriculteurs.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *