Togo/Post covid-19 : Une relance économique vivement espérée

La pandémie du nouveau coronavirus n’a pas eu que des effets au plan sanitaire. Elle a eu des conséquences assez…

Paradmin Catégorie Economie le 7 juillet 2020

La pandémie du nouveau coronavirus n’a pas eu que des effets au plan sanitaire. Elle a eu des conséquences assez fâcheuses aussi bien sur le plan humain, avec plus de 500 000 morts dans le monde, que sur le plan économique. Aucun pays n’en est épargné y compris le Togo.

Ainsi, face à la pandémie de la maladie à coronavirus, le gouvernement togolais a pris des mesures socio-économiques pour réduire l’effet nuisible de la maladie du Covid-19 et des mesures limitant sa propagation. D’un coût global estimé à 400 milliards de FCFA, ces mesures peuvent être regroupées en mesures sociales d’aides aux ménages et aux entreprises (Fonds de solidarités/NOVISSI, paiements de factures d’électricité, eau, loyers, etc.), en mesures fiscales et douanières pour les entreprises. Elles avaient pour mission de maintenir l’activité économique, de soulager la trésorerie des entreprises et préserver l’emploi et la capacité de production des agents économiques privés des secteurs formel et informel.

En outre, il faut relever que ces mesures ont été jugées insatisfaisantes et n’ont pas permis de juguler les effets de la crise. Ce qui nécessite d’autres actions fortes du prochain gouvernement togolais pour sauver les activités des entreprises en difficulté. Face au risque d’une récession économique prévisible si des mesures d’anticipations adéquates ne sont pas prises pour redresser les entreprises des secteurs d’activités les plus impactés d’une manière spécifique, la relance économique serait inopérante.

Par ailleurs, le nouveau gouvernement aura, donc, la lourde tâche d’œuvrer prioritairement à renforcer les capacités de production des PME, des incubateurs, des artisans et des agriculteurs avec en complément un soutien accru à la transformation locale de matières premières. Il s’agira également d’inciter les acteurs économiques locaux à développer davantage la production interne et miser énormément dans les secteurs clés comme le commerce, la formation et l’agriculture. A cet effet, il serait alors nécessaire et convenable d’appuyer et de renforcer le système sanitaire, de promouvoir la transformation industrielle pour assurer la sécurité alimentaire et réduire le chômage.

Même si le plus grand nombre des togolais s’impatiente d’un retour rapide à la normale, tout laisse présager que le redressement économique sera long du fait de la reprise lente voire progressive des activités.

Dans cette optique, l’Organisation des nations unies pour l’Industrialisation (ONUDI), compte mobiliser 2,5 millions de dollars dans les prochaines semaines, pour soutenir le pays. Ce, en vue de la relance de son économie, après la crise sanitaire de la Covid-19.

Ces fonds devraient prioritairement servir à renforcer les capacités de production des PME, des incubateurs, artisans et agriculteurs. Il s’agit notamment de soutenir la transformation locale de matières premières, et d’aider à la revitalisation des chaines de valeurs dans les secteurs agricoles.

Selon la représentation de l’organisation onusienne au Togo, l’après-Covid « ne permettra sans doute pas un retour à la situation d’avant ». Il opère, donc, avant tout d’assurer une certaine résilience du tissu socio-économique national.

In finie, les voies de la relance de l’économie du Togo commencent à être balisées et tout sera bien opérationnel avec la mise en place du nouveau gouvernement qui ne saurait tarder.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *