dimanche, septembre 26, 2021


Tarifs de ARCEP: le régulateur togolais impose de nouveaux tarifs aux opérateurs de téléphonie mobile

Les nouveaux tarifs de ARCEP vont bientôt entrer en vigueur. En effet, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des…

Parredaction Catégorie Dossiers le 11 décembre 2020 Étiquettes : , , , , , ,


Les nouveaux tarifs de ARCEP vont bientôt entrer en vigueur. En effet, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) a rendu public ce jeudi, 10 décembre 2020 de nouveaux plafonds des tarifs de communications. Ces derniers devraient être appliqués à compter du 1er janvier 2021, par les opérateurs de réseaux et communications mobiles.

L’imposition de nouveaux tarifs de ARCEP vise à assurer l’accès des prestataires de services aux codes USSD. A travers cette initiative, l’organe s’allie derrière la politique du gouvernement. Celle consistant notamment à faire du digital un levier de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations.

Des tarifs de ARCEP conformes à ceux pratiqués dans la sous-région

Le Togo dispose de deux principaux opérateurs de téléphonies mobiles qui sont Atlantique Télécom Togo (Moov) et Togo Cellulaire. La décision d’ARCEP de procéder à des reformes relatives aux tarifs leurs a été notifié le 23 novembre dernier.

En effet, l’ARCEP dit avoir constaté, un coût très élevé de la session USSD. Celle-ci, précise l’institution est de 100 FCFA Hors Taxe (HT) et est pratiquée par les deux opérateurs de téléphonie mobile. Comparativement à Moov Bénin et Free Sénégal (appartenant au Groupe Axian comme Togocom), explique l’ARCEP, ce coût est respectivement de 2, 38 FCFA HT et de 5 FCFA HT.

« C’est pourquoi, l’ARCEP, afin de libéraliser et de vulgariser cette technologie, a pris la décision de s’aligner sur les tarifs pratiqués dans la sous-région », indique le communiqué. Ainsi, les nouveaux tarifs de ARCEP consacrent une baisse de façon drastique. « Le seuil plafond de la session USSD à 3 F CFA HT », précise la note.

Une décision répondant à la politique du gouvernement

La baisse des tarifs, confie l’ARCEP va booster l’entreprenariat numérique avec l’arrivée de start-ups, des PME et des fintech. Il s’agit des entreprises jeunes qui développent et proposent des solutions innovantes en utilisant les technologies du numérique, du mobile, de l’intelligence artificielle.

Aussi, l’imposition des nouveaux tarifs de ARCEP est « conforme à la vision portée par le gouvernement qui entend faire du digital un véritable levier de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations ». Ce défi qui sera relevé grâce à la fourniture des services à valeur ajoutée (banque, santé, assurance, transport, éducation, agriculture…).

Toutefois les nouveaux tarifs de ARCEP ne concernent pas ceux relatifs d’accès et de maintenance, qui sont restés inchangés. D’après l’ARCEP, ces frais font partie des tarifs les plus bas de la sous-région ouest-africaine. « Ils sont respectivement de deux cent cinquante mille francs CFA HT et cent cinquante mille francs CFA HT », informe le communiqué.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *