mercredi, novembre 25, 2020


Togo : nouveau départ pour les transporteurs du clinker

C’est l’heure de la réorganisation au sein du Syndicat National des Transporteurs de Clinker (SYNATRACT). Les travailleurs dans le transport…

Parredaction Catégorie Dossiers le 19 novembre 2020 Étiquettes : , , , ,

C’est l’heure de la réorganisation au sein du Syndicat National des Transporteurs de Clinker (SYNATRACT). Les travailleurs dans le transport du clinker togolais étaient en Assemblée générale ordinaire ce mercredi, 18 novembre 2020 à Lomé.

En effet, cet rendez-vous marque le premier anniversaire de la création du SYNATRACT. Plusieurs sujets ont été évoqué à cette rencontre qui a connu la participation du Directeur Général des Transports, Sourou Ayéwa Sinon, représentant du ministre de tutelle.

Evaluer le chemin parcouru

En portant sur fonts baptismaux le SYNATRACT en novembre 2019, les différents acteurs se sont assignés diverses missions. Il s’agit, entre autres, de défendre la cause des transporteurs de clinker au Togo. Ainsi, le syndicat œuvre, d’une part, pour l’amélioration des conditions de travail et de vie de ses membres.

D’autre part, il travaille pour le renforcement des relations entre les transporteurs et les cimentiers togolais. Le but est de créer un climat de travail convivial entre les acteurs. Ainsi, l’Assemblée générale ordinaire a permis au bureau exécutif de faire le bilan les différentes activités menées.

A travers cette évaluation, les premiers responsables pourront ainsi déterminer les défis à relever. Ils auront également à réfléchir sur les stratégies à déployer pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les transporteurs du clinker.

Un satisfecit partiel

Pour ses 12 mois d’exercice, le bureau exécutif du SYNATRACT note un satisfécit tout en évoquant des manquements. « La route a été longue et parsemée d’embûches », a fait savoir le Secrétaire Général adjoint, Abdoulaye Awal.

Ainsi, le bureau a proposé aux membres, de nouvelles orientations et actions à mener en vue de l’atteindre des objectifs. Selon Abdoulaye Awal, le bureau a eu à faire plusieurs démarches auprès des cimentiers (Togo, Burkina-Faso) afin d’offrir à leurs membres le minimum vital. En clair, ils ont obtenu des accords de reprise de transport sur le littoral du nord du Sahel.

Il faut noter que l’initiative du SYNATRACT a été très saluée par les autorités togolaises. Le DG des Transports, Sourou Ayéwa Sinon a rappelé la volonté du gouvernement de faire du SYNATRACT, un partenaire de choix. Ce, pour l’émergence de ce secteur et son rôle dans la mise en œuvre du Plan national de développement (PND).

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *