Togo/Littérature : l’écrivain Sami Tchak décroche une nouvelle distinction

La littérature togolaise rayonne au-delà de ses frontières. « Les fables du moineau », une œuvre écrite par le sociologue…

Parredaction Catégorie Culture le 26 octobre 2020 Étiquettes : , , , ,

La littérature togolaise rayonne au-delà de ses frontières. « Les fables du moineau », une œuvre écrite par le sociologue et écrivain Sami Tchak vient d’être primée. Le Togolais est lauréat de l’édition 2020 du « Prix de la Renaissance Française » décerné par l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

Il remplace ainsi l’écrivain Giang-Huong Nguyen. Ce dernier a été primé en 2019 grâce à son œuvre titrée « La littérature vietnamienne francophone (1913-1986) ».

Une distinction de plus

Sadamba Tcha-Koura, à l’état civil, Sami Tchak est l’incarnation de la littérature togolaise à l’international. L’écrivain a plusieurs distinctions honorifiques à sa possession. Il a obtenu, en 2004, le « Grand prix littéraire d’Afrique Noire » avec son roman titré « La fête des masques ».

L’écrivain togolais a remporté, en 2007, le « Prix Ahmadou-Kourouma » avec son ouvrage intitulé « Le Paradis des chiots ». Le « Prix de la Renaissance Française » de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer vient donc s’ajouter à tout cela.

Il faut noter que ce prix est attribué depuis 2011. Il est décerné à un ouvrage ou des travaux mettant en valeur la langue, la littérature française ou la culture francophone, en France ou à l’étranger. Le livre « Les fables du moineau » de Sami Tchak fait au total 139 pages. Il a été édité aux éditions Gallimard à Paris.

Un parcours atypique

L’auteur est né en 1960 au Togo. Il étudia la philosophie à l’Université de Lomé où il a obtenu une licence 1983. Sami Tchak enseigna ensuite durant trois ans dans un lycée de la place avant de se rendre en France pour des études en sociologie.

En 1993, il obtient son doctorat en sociologie à la Sorbonne (Paris V). Ses activités de sociologues le conduisirent ainsi à Cuba en 1996. Là, le Togolais mena, durant 7 mois, des recherches sur la prostitution. C’est le début d’une aventure littéraire pour l’ex enseignant de philosophie.

Il sort l’œuvre « La Prostitution à Cuba », préfacée par l’écrivain cubain Eduardo Manet. Aujourd’hui, l’auteur compte à son actif une multitude d’œuvres littératures notamment des romans, des textes inclassables ainsi que des essais.

Dans son répertoire figurent, entre autres, « Hermina », « Filles de Mexico », « Place des Fêtes », « Ainsi parlait mon père ». Il y a également les œuvres comme « La Sexualité féminine en Afrique », « L’Afrique à l’épreuve du sida » et « Femme infidèle ». L’écrivain a voyagé à travers le monde. Il réside en France.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *