mercredi, novembre 25, 2020


Togo : l’intelligence économique au cœur d’un atelier regroupant les Petites et Moyennes Entreprises

La Coalition Nationale pour l’Emploi des Jeunes (CNEJ) a initié un atelier de formation sur l’intelligence économique à l’endroit des…


La Coalition Nationale pour l’Emploi des Jeunes (CNEJ) a initié un atelier de formation sur l’intelligence économique à l’endroit des Petites et Moyennes Entreprises (PME). Il a démarré ce mercredi 30 septembre à Lomé. Cet atelier prend fin le vendredi 2 octobre prochain. Il a reçu l’appui technique du Centre Autonome d’Etudes et de Renforcement des capacités pour le Développement au Togo (CADERDT).

Cet atelier de la CNEJ a pour objectif d’édifier les responsables des PME togolaises sur l’intérêt de la pratique de l’intelligence économique au sein de leurs entreprises respectives.

Les enjeux liés à la mondialisation des échanges

La formation concerne essentiellement les défis concurrentiels induits par la globalisation des échanges. Représentant près de 90% des entreprises au Togo, les PME évoluent dans un environnement très concurrentiel.

En effet, « face aux enjeux de zone de libre échange continentale et Africaine (ZLECAF) et du marché commun au niveau de la CEDEAO », expliquent les organisateurs. Il est plus que nécessaire « d’accompagner ces PME dans la capacité à se doter d’outils qui vont leurs permettre de mieux analyser leurs marchés potentiels mais aussi de comprendre l’environnement dans lequel elles évoluent. »

Comprendre l’intelligence économique

Ainsi, à la question de savoir ce qu’est l’intelligence économique, le formateur Nze-Biyoghe Junien, expert en économie du développement répond : « C’est d’abord un état d’esprit, c’est un processus et un dispositif qui permet de collecter, traiter, analyser et diffuser de façon sécurisée de l’information utile à la prise de décision. Ce qui est important dans l’intelligence économique c’est la captation de l’information stratégique pour ensuite permettre de prendre des décisions les plus efficientes possible ».

A la fin de cette formation, les attentes au niveau des participants sont, entre autres, « une meilleure connaissance de l’environnement aussi bien national, sous-régional, africain et mondial dans lequel ils évoluent. Qu’ils aient des outils nécessaires pour pouvoir mieux analyser leurs marchés. Qu’ils aient la capacité à mettre en place et animer au sein de leurs PME des dispositifs d’intelligence économique et qu’ils soient également outillées notamment avec un ensemble de techniques de veille informationnelle pour pouvoir capter des informations nécessaires à leurs activités », a souhaité Nze-Biyoghe Junien.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *