Togo : les droits socio-économiques et culturels au cœur d’une sensibilisation de la CNDH à Dapaong

La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a organisé une séance de sensibilisation sur l’importance des droits économiques, sociaux…


La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a organisé une séance de sensibilisation sur l’importance des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). Elle a eu lieu ce mercredi 21 octobre dans la ville de Dapaong.

Axée sur le thème : « La jouissance des droits économiques, sociaux et culturels comme facteurs de consolidation de la paix », la journée de sensibilisation a vu la participation des chefs traditionnels dont les responsables villageois de développement et des comités de développement de quartiers. Les membres des comités locaux de paix, des organisations de la société civile et des organisations de défense des droits humains étaient aussi présents.

Une rencontre plus qu’importante

La CNDH a saisi cette occasion pour rappeler aux participants l’importance de préserver les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) des citoyens en vue de consolider la paix. La Directrice Nakpa Polo s’est faite représenter par Dosseh Sohey, commissaire à la Commission nationale des droits de l’homme.

Ainsi, dans son intervention, il a déclaré que : « Très peu de sensibilisations sont faites sur les DESC ou droits de deuxième génération ». Pour M. Sohey, les DESC englobent à la fois le droit à l’éducation, le droit à la santé, le droit au travail, le droit à l’alimentation, le droit à l’eau, le droit au logement, etc.

« Ces droits ont été, pendant longtemps, occultés au profit des droits civils et politiques, qui font très souvent l’objet d’une attention particulière », a-t-il renchéri. Ce qui fait penser qu’ils sont plus importants que les DESC. « Les DESC sont au cœur du développement de tout pays, car il ne peut y avoir ni développement, ni développement durable sans leur prise en compte », a-t-il souligné.

Des échanges sur l’impact de la Covid-19

Cette rencontre a aussi permis de sensibiliser les participants sur l’impact de la Covid-19 sur la jouissance des DESC. Les diverses initiatives prises en matière de DESC pour la consolidation de la paix durant la période de crise sanitaire ont aussi été abordées.

Le Secrétaire général de la préfecture de Tône, Esso Prénèwè, qui était aussi de la partie a été ravi de cette initiative. Selon lui, cette action de la CNDH aidera à combattre les inégalités et à préserver les droits des populations dans le pays, en particulier dans la région des Savanes.

Pour M. Esso Prénèwè, « La pandémie de la Covid-19 à laquelle notre pays fait face depuis mars 2020 est certes un défi sanitaire ». « Mais au-delà, elle menace de remettre en cause les acquis économiques et sociaux et de faire rebasculer bon nombre de populations dans la pauvreté », a-t-il ajouté. Ce qui constitue « de facto une grande menace pour la paix et la cohésion sociale » a-t-il déclaré.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *