Togo : le ministère de l’action sociale outille les leaders d’opinion sur la sexualité des jeunes en milieu scolaire

Une initiative du ministère en charge de la promotion de la femme, a réuni depuis ce lundi 14 décembre à…


Une initiative du ministère en charge de la promotion de la femme, a réuni depuis ce lundi 14 décembre à Lomé, les parents membres des associations féminines, professionnelles, religieuses. L’objectif était d’amener ces acteurs à adopter des stratégies pour une meilleure gestion de la sexualité des jeunes en milieu scolaire.

C’est une formation au cours de laquelle les participants vont échanger sur les causes et facteurs favorisants le mariage précoce, surtout de grossesse ainsi que l’accompagnement des adolescents pour mieux gérer leurs sexualités.

Aborder les questions de la sexualité avec les jeunes

Pour Mme Boko Afi, directrice de la famille de l’éducation de la jeune fille au ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, « le sujet de la sexualité a été longtemps considéré comme un sujet tabou. Il est question de voir les stratégies par lesquelles dorénavant les parents pourront aborder les questions de la sexualité avec les jeunes».

Selon elle, les jeunes reçoivent plusieurs informations, dans la rue, dans les vidéos, à travers les réseaux sociaux et ça fait que le parent n’intervient pas pour aider l’enfant à gérer toutes ces informations qu’ils reçoivent de tout part. Ce qui risque de fausser le pas de l’enfant et va être préjudiciable pour toute sa vie.

Une synergie d’action de plusieurs ministères

En effet, selon les dernières données du ministère en charge des enseignements primaire et secondaire, les cas de grossesse en milieux scolaires sont passés de 2792 entre 2014 – 2015, 1343 de 2017 à 2018. Des chiffres qui sont préoccupantes et qui demande une vigilance et surtout une synergie d’action de plusieurs ministères.

D’après la directrice Boko Afi, depuis 2010, les cas de grossesse surtout en milieux scolaires augmentent avec même des cas enregistrés aux cours d’enseignement primaire. Ce qui a attiré l’attention des décideurs, poursuit-elle pour mettre en place un programme portant un certain nombres d’actions sectorielles prévues. Ces actions seront menées conjointement par le ministère de la santé, de l’éducation et de la promotion de la femme.
Également, la place de l’encadrement sexuelle au sein de la famille est capitale pour venir à bout de ce fléau.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *