Togo : le ministère de la santé annonce un traitement de masse contre l’onchocercose et la bilharziose

Les parasites sont la cause de plusieurs maux dans beaucoup de pays africains. De l’onchocercose à la bilharziose en passant…

Parredaction Catégorie Santé le 7 septembre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

Les parasites sont la cause de plusieurs maux dans beaucoup de pays africains. De l’onchocercose à la bilharziose en passant par le paludisme, elles sévissent encore beaucoup sur le continent. A cet effet, le ministre de la santé, Dr Mijiyawa, a lancé le samedi un traitement de masse contre ces deux maladies.

Ceci fait suite à l’initiative du ministère à reprendre les traitements de masse ralentis à cause de la Covid-19 durant des mois. L’allègement des mesures barrières a été le facteur clé de cette reprise. Cette campagne aura, donc, lieu du 08 au 19 septembre 2020. Ainsi, les couches les plus vulnérables constituent les cibles prioritaires.

Les enfants et les femmes, les premiers concernés

D’après le Prof Moustafa Mijiyawa, le traitement va se dérouler dans les régions sanitaires du Togo à l’exception de la région Lomé-Commune. Le respect des gestes et mesures barrières serait de mise lors de cette campagne. Les enfants et les femmes seront les principaux bénéficiaires à prendre en charge. « Les populations cibles sont les enfants d’âge scolaire de 5 à 14 ans pour l’administration de l’Albendazole destiné à traiter les vers intestinaux », a déclaré le Ministre.

« Les enfants d’âge scolaire de 5 à 14 ans et les femmes de 15 à 49 ans, dans les localités à risque, pour l’administration du Praziquantel, destiné au traitement de la bilharziose avec présence de sang dans les urines et la population âgée de 5 ans et plus, pour l’administration de l’Ivermectine, destiné à traiter l’onchocercose ou cécité des rivières », a tenu à préciser le Professeur dans le communiqué.

Egalement, le Ministre a tenu à encourager une grande participation des populations. Il a rappelé qu’une bonne collaboration avec les agents de santé qui seront sur le terrain favoriserait une bonne tenue des vaccinations.

Reprise de la lutte contre les autres maladies épidémiologiques

L’initiative du ministère de la Santé fait suite, en réalité, à l’allègement des mesures de restriction des mouvements de la population, décidé par le Gouvernement depuis le 09 juin dernier. Cette décision a été prise après analyse des rapports du Conseil Scientifique de la Coordination nationale de gestion de la riposte de la Covid-19.

« La Covid-19 est là, mais on ne peut pas ignorer les autres maladies épidémiologiques », a fait remarquer le Professeur Mijiyawa Moustapha, Ministre de la Santé au cours d’une conférence de presse tenue, à Lomé, le 23 Juin 2020. « Nos enfants souffrent d’un certain nombre de carences qui agissent sur leur croissance. Et nous devons agir. Mon département en collaboration avec les partenaires techniques et financiers a décidé de la reprise des activités de vaccination », a-t-il poursuivi.

Cette décision ministérielle est soutenue par la Représentante de l’OMS, Dr Fatoumata Binta T. Diallo et le Représentant de l’UNICEF au Togo. A cet effet, Mme Diallo a fait observer : « Nous avons une recrudescence de beaucoup d’infections aujourd’hui parce que nos populations fuient les centres de santé. Toutes ces maladies, une fois qu’on a un cas, nous obligent à déclarer l’épidémie car ce sont des maladies à potentiel épidémique. D’où la nécessité que la continuité des services soit effective afin de renforcer la protection des populations ».

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *