Togo : le HCRRUN indemnise les victimes de la région Centrale à partir du 19 octobre prochain

Le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale tiendra une session d’indemnisation de victime dans la région…


Le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale tiendra une session d’indemnisation de victime dans la région centrale. Ceci dans le cadre de sa mission de la mise en œuvre du programme de réparation. Ce programme de réparation constitue l’une des principales recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

L’institution a annoncé ce mercredi 14 octobre des sessions d’indemnisation des victimes individuelles, dans les préfectures de Soutouboua, Blitta et la plaine de Mô, du 19 au 30 octobre 2020.

Une activité dans le strict respect des gestes barrières

Les activités se dérouleront dans le strict respect des mesures barrières (port de masque, dispositifs de lavage des mains, prise de température obligatoire, organisation par groupes…). A cet effet, les victimes concernées, dont les noms sont affichés dans les locaux de leurs mairies et préfectures de résidence, ainsi que sur le site web du HCRRUN, sont priées de respecter les dates de programmation. Ceci permettra d’éviter les attroupements, a insisté la Présidente Awa Nana Daboya. Elles pourront donc se présenter selon un programme bien défini.

D’une part, les victimes de Sotouboua et de la Plaine de Mô seront indemnisées du 19 au 30 octobre 2020 à la salle du conseil de la préfecture de Sotouboua. D’autre part, celles de Blitta les seront du 19 au 21 octobre au centre International de la préfecture de Blitta.

Par ailleurs, le HCRUUN demande aux concernés de se munir d’une pièce d’identité valable, soit le passeport, la carte d’identité, le permis de conduire ou encore la carte d’électeur.

Une session précédente réussie malgré la pandémie

Le HCRRUN avait déjà effectué dans le mois de septembre 2020 une session dans la région des savanes. Cette session avait consacré essentiellement aux personnes ayant subi des préjudices au cours des années 1990 dans le cadre de la faune et l’incident de Barkoissi entre Anoufo et Moba. Elle s’était, également, déroulée dans le strict respect des gestes barrières à la Covid-19.

Afin d’éviter le rassemblement des victimes au cours des opérations d’indemnisation, la délégation du HCRUUN s’était organisée en plusieurs équipes pour se rapprocher des populations, les recevoir et les servir par petits groupes.

Dans la pratique, sur chaque lieu d’indemnisation, un périmètre de sécurité était défini et pourvu de dispositifs de lave-mains à l’entrée. Périmètre dans lequel personne ne peut entrer sans s’être lavée les mains et sans cache-nez.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *