Togo : le GF2D en guerre contre la faim des femmes rurales

Le groupe de réflexion et d’actions, femme démocratie et développement (GF2D) était en atelier ce jeudi 29 octobre à Lomé….

Parredaction Catégorie Dossiers le 30 octobre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

Le groupe de réflexion et d’actions, femme démocratie et développement (GF2D) était en atelier ce jeudi 29 octobre à Lomé. L’objectif de la rencontre était la mise en place d’un plaidoyer en faveur des femmes rurales.

La séance a rassemblé des représentants des coopératives et groupements de femmes agricultrices membres des plateformes nationales. Des organisations paysannes venues de toutes les régions du Togo ainsi que celles de droits des femmes ont également assisté aux échanges.

Un plaidoyer pour les femmes rurales

La journée de réflexion s’inscrit dans le contexte de la célébration de la journée de la femme rurale le 15 octobre dernier. Cette journée était placée sous le thème « Promouvoir les droits économiques et sociaux des agricultrices à travers les politique régionales ».

« Nous voulons saisir l’occasion de la journée de la femme rurale pour attirer l’attention sur les questions liées à l’élimination de la pauvreté, de la faim et de l’autonomisation de la femme ». C’est ce qu’a expliqué la secrétaire générale du GF2D, Michèle Aguey.

« C’est également le lieu de faire un bilan de la réalisation des droits fonciers des femmes revendiqués par les femmes agricultrices », a-t-elle poursuivi. Ceci, « à travers la charte adoptée en 2016 dans le cadre de l’initiative Kilimandjaro », a-t-elle souligné. Ainsi, l’initiative Kilimandjaro se veut un influenceur des politiques foncières au niveau global, régional et national en faveur des femmes rurales et des pauvres.

Prioriser les besoins et intérêts des femmes

En dehors de l’élaboration d’un document de plaidoyer, la rencontre, pour les promoteurs, veut permettre d’évaluer le niveau de mise en œuvre de la charte des demandes au niveau national et de faire un bilan. Le GF2D entend aussi sensibiliser une masse des femmes rurales ainsi que des acteurs étatiques et non étatiques.

Pour la secrétaire générale, prioriser les besoins et intérêts des femmes du secteur agricole rentre dans la mise en œuvre du PND. Ce qui va permettre au Togo d’accroitre ses chances d’atteindre les objectifs de développement durables notamment les objectifs 1, 2, et 5. Ces objectifs sont, entre autres, l’élimination de la pauvreté, de la faim et de l’autonomisation de femme.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *