Togo : la lutte contre le cancer du sein, objet des propositions de la LTCC

La lutte contre le cancer est une préoccupation à l’échelle mondiale. Les maladies cancérigènes gagnent de plus en plus de…

Parredaction Catégorie Santé le 13 octobre 2020 Étiquettes : , , , ,


La lutte contre le cancer est une préoccupation à l’échelle mondiale. Les maladies cancérigènes gagnent de plus en plus de terrain. Au Togo, 3700 nouveaux cas de cancers sont enregistrés chaque année, avec environ 2800 décès. Parmi les différents types de cancer, celui de sein est le plus répandu.

D’après la Ligue Togolaise de la Lutte Contre le Cancer (LTCC), le cancer de sein représente 30% des cancers et touche beaucoup plus les femmes.

Les autorités togolaises entreprennent des actions en matière de lutte contre le cancer, en particulier le cancer du sein. Malgré ces efforts, d’énormes défis restent à relever. Il s’agit entre autres du dépistage et/ou du diagnostic des cas et les soins offerts aux personnes souffrantes.

Selon la Ligue Togolaise de la Lutte Contre le Cancer, la majorité des cas de cancer de sein sont détectés tardivement, lors des campagnes des dépistages. Pour l’organisation, le seul moyen de faire baisser le nombre de cas est le dépistage à temps par la mammographie. Une démarche qui répond parfaitement au dicton « prévenir vaut mieux que guérir ».

 Propositions pour améliorer la lutte contre le cancer du sein

La Ligue Togolaise de la Lutte Contre le Cancer et associés ont annoncé un dépistage de masse du cancer du sein au Togo. Aussi, l’organisation propose la mise en place d’une unité de mammographie au nord Togo (Sokodé, Kara ou Dapaong). Ces deux approches de solutions feront suite à la mise en place d’un fonds d’aide aux malades lancé.

Le dépistage de masse consiste à l’instauration d’une journée de dépistage du cancer de sein par autopalpation dans chaque commune du Togo. La création d’une unité de mammographie permettra à son tour d’amoindrir les coûts indirects des dépistages (liés au séjour et au déplacement obligatoire sur Lomé).

Ces projets concernent « tout sujet surtout ceux nécessitant infirmation ou confirmation d’une suspicion diagnostique ». « La mise en place sera fonction des dons. Son fonctionnement est d’une durée illimitée », précise la LTCC.

En terme de budget, la LTCC indique que l’achat et l’installation du mammographe nécessite un montant de 20 millions. « Trois cent mille sont actuellement disponible », précise-t-elle. « Pour un forfait de 100.000 par journée de dépistage, nous avons un budget global de 12 millions pour couvrir l’ensemble des communes du Togo », a-t-elle dit concernant le projet de journée de sensibilisation.

Cancer du sein, parlons-en

On parle de cancer, quand il y a la présence des cellules anormales qui se multiplient de façon incontrôlée dans une partie de l’organisme. En ce qui concerne le cancer du sein, les cellules peuvent rester dans le sein ou se répandre dans le corps par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques.

Selon les spécialistes, le cancer du sein atteint les personnes souffrantes d’une manière progressive. La progression peut couvrir plusieurs mois, voire des années. La maladie touche le plus souvent les femmes. Le diagnostic se fait aussi bien chez celles qui ne sont pas en ménopause que celles qui le sont déjà.

Dans la plupart des cas, le cancer du sein survient après l’âge de 50 ans. D’après les informations, le taux de survie, notamment 5 ans après le diagnostic varie de 80 % à 90 %, selon l’âge et le type de cancer. Il est vivement recommandé de faire le dépistage afin de détecter le mal à temps. c’est le dépistage tardif qui rend difficile la lutte contre le cancer du sein.

Les hommes aussi ne sont pas épargné par cette pathologie. Selon les statistiques, ils représentent 1 % de l’ensemble des cas.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *