Togo : la Haplucia multiplie des actions de la lutte contre la corruption

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA), poursuit la dissémination de…

Parredaction Catégorie Société le 18 décembre 2020 Étiquettes :

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA), poursuit la dissémination de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo. Dans cette dynamique, l’institution a rencontré ce jeudi 17 décembre, les départements ministériels et institution de la république à Lomé.

L’objectif était de présenter le rapport de cette étude après la tournée effectuée à travers les cinq régions du Togo et de faire assoir la lutte contre la corruption sur les standards internationaux.

Présenter le rapport d’étude après la tournée

L’atelier de la Haplucia a réuni, les élus locaux, la société civile, le patronat et les acteurs judiciaires.
L’objectif est de présenter le rapport mise en place à l’issue des enquêtes et qui est très utile et délicat en vue de lutter contre le fléau. « C’est un outil précieux, c’est notre première pierre, c’est la pierre angulaire qui va nous servir à proposer une sortie nationale de prévention de lutte contre la corruption dont la procédure a été déjà lancé », a déclaré le garant en charge de lutte contre la corruption au Togo.

L’organe togolais compte également organiser d’autres ateliers selon leur agenda. Tout ceci, en vue d’accentuer la lutte.

Impliquer le secteur public dans la lutte

Pour Essohana Wiyao président de HAPLUCIA, la corruption est l’abus d’un pouvoir reçu pour un enrichissement illicite. Ainsi, le secteur public constitue la première cible concernée. Donc selon M. Wiyao, la responsabilité incombe d’abord au secteur public avant de concerner tous les citoyens dans tous les autres secteurs. Ce qui justifie la rencontre des responsables du secteur.

« Tout le monde doit participer à la lutte contre la corruption dans notre pays. C’est un diagnostic qui est fait sur le plan national, sur les états de lieu de la corruption. Et il est important que tous les togolais puisse le connaitre. Ce faisant nous allons nous engager tous contre le fléau », a souligné Essohana Wiyao.
Il faut rappeler que l’atelier prend fin ce vendredi 18 décembre.

Lire aussi :  Togo : lutte contre la corruption, HAPLUCIA met un outil à la disposition des acteurs impliqués

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *