Togo : la HAAC part en guerre contre les fake news

« Infox ou fake news et la presse en ligne, quelle régulation ? », c’est le thème de la formation…

Parredaction Catégorie Dossiers le 24 septembre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

« Infox ou fake news et la presse en ligne, quelle régulation ? », c’est le thème de la formation qui a démarré, ce mercredi à kpalimé, à l’endroit des acteurs de la société civile et les journalistes. L’atelier est organisé par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). La formation tient sur quatre jours.

L’objectif poursuivi par la HAAC est celui de redynamiser le secteur des médias en ligne au Togo. Aussi, il est question pour les participants de pouvoir faire le tri entre les différents types de fake news et leurs impacts sur la société. Pour rappel, les fake news ou fausses informations sont des informations mensongères diffusées dans le but de manipuler ou de tromper le public.

Les fake news passées au peigne fin

Au cours de cet atelier de formation, les journalistes seront outillés sur plusieurs thématiques. Il s’agit de « Covid-19 et fake news » ; « responsabilités des journalistes et fake news », « journalistes et acteurs politiques victimes ou acteurs ». Ainsi, ils pourraient désormais trier le bon grain de l’ivraie en termes d’informations.

Pour le formateur Noel TADEGNON, les fausses informations ne datent pas d’aujourd’hui. Elles existaient depuis le 4ème siècle avant Jésus-Christ. Les fake news peuvent prendre des visages différents et ont aussi un impact sur les couches de notre société. On en distingue 7 catégories.

« On va essayer d’expliquer tous ces éléments aux collègues afin qu’ils puissent comprendre un peu comment les fabricants des fake news arrivent à monter leurs histoires (…). On leur montrera aussi les outils disponibles aujourd’hui surtout en ligne pour nous permettre de débusquer ces fausses informations afin de véritablement lutter contre elles », a déclaré le formateur.

Vers une législation contre les fake news

Le Togo comme tous les autres Etats n’a pas été épargné par la crise sanitaire de la Covid-19. Celle-ci a rendu les fausses nouvelles encore plus fréquentes ces derniers jours dans le pays.

« En cette période de pandémie, il y a tellement d’informations qui circulent sur la maladie. Alors, nous avons estimé qu’il était nécessaire de remettre en jeu un atelier sur les fake news », a laissé entendre Badji Bassa Babaka, rapporteur de la HAAC.

Pour le rapporteur, cette formation devra permettre d’ouvrir la voie pour l’établissement de certaines règles pour réguler les fake news. Aussi, par le biais des différents acteurs impliqués, les façons de réguler les fake news seraient facilement définies. Ceci grâce à l’examen des conditions de leurs naissances ainsi que de leurs diffusions.

La HAAC appelle donc les journalistes à faire preuve de plus de prudence et de vigilance dans le traitement de leurs informations.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *