Togo : la CNDH forme ses membres sur la prévention de la torture

Les membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) se font recycler sur le fonctionnement du Mécanisme national…


Les membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) se font recycler sur le fonctionnement du Mécanisme national de prévention de la torture (MNP). Une formation de 3 jours qui a lieu du 3 au 5 novembre.

Cette formation, initiée par la CNDH, a reçu l’appui financier du Programme des nations unies pour le développement (PNUD). Le but visé est de perfectionner et professionnaliser davantage le fonctionnement de toute l’équipe.

Une formation de renforcement

Cet atelier servira à renforcer les capacités des membres et du personnel de la CNDH sur le fonctionnement du MNP. Ceci permettra aux participants de mieux comprendre le mécanisme national de prévention de la torture dans le pays.

« Après plus d’un an d’exercice, les membres de la Commission chargés de conduire ce mécanisme font face à un certain nombre de défis qui ont trait aux techniques de visite des lieux de privation de liberté. Cette situation est d’autant plus préoccupante que les visites constituent le moyen par excellence pour les MNP de prévenir la torture », a déclaré Mme Nakpa Polo, présidente de la CNDH.

La rencontre sera aussi meublée par des communications sur les techniques de planification des visites des lieux de privation de liberté ; les techniques de suivi des recommandations d’une part. Les techniques d’investigations et de rédaction des rapports sur les cas de torture d’autre part. Les délégués seront également instruits sur le monitoring des lieux de privation de liberté tels que les prisons et les lieux de garde-à-vue et la protection des personnes vulnérables dans les lieux de privation de liberté.

« En effet, la visite de lieux de privation de liberté requiert un certain nombre de connaissances d’ordre technique et professionnel qui mérite d’être maîtrisées pour atteindre l’efficacité, car la connaissance des techniques de visite ne suffit pas », a-t-elle indiqué. « Il faut également une appropriation des méthodes de rédaction des rapports issus de ces visites et le système de suivi d’évaluation des recommandations auquel les membres et le personnel de la Commission doivent se familiariser », a renchéri Mme Nakpa Polo

La nécessité de l’atelier

Présente lors du lancement, la représentante du Représentant résident du PNUD au Togo, Mme Epiphanie Houmey Eklu-Koevanu a mentionné tout le bien fondé de cette remise à niveau et son importance. D’après elle, l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme constituent des principes, des valeurs universelles et des éléments essentiels des Nations Unies. Ils sont ancrés dans la charte de la déclaration universelle des droits de l’homme.

« La prévention et la lutte contre la torture sont inscrites au cœur des droits de l’homme et le 18 décembre 2002, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants », a-t-elle déclaré.

Le président de la sous-commission prévention de la torture, Sanvee Ohini Lionel présent, a fait savoir que le MNP a pour mission de prévenir la torture et autres formes de traitements cruels. Cet acte inhumain et dégradant peut être combattu par des visites régulières et inopinées des lieux de privation de liberté. « Plus, on visite ces lieux, plus on diminue les chances d’abus et d’actes de torture et de sévices. Et les visites permettent au pays de corriger plusieurs actes. A travers le MNP, le Togo lui-même se corrige et se fait des recommandations pour faire changer les choses », a-t-il souligné.

Après cet atelier, une équipe de l’institution va visiter 6 prisons et 24 lieux de garde-à-vue.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *