Togo : la 5ème édition de « la Nuit des Droits de l’Homme » aura bien lieu

Malgré la Covid-19 qui a empêché la tenue de divers évènements au Togo, « La Nuit des Droits de l’Homme…


Malgré la Covid-19 qui a empêché la tenue de divers évènements au Togo, « La Nuit des Droits de l’Homme » se tiendra cette année. Le ton de la 5ème édition a été donné ce jeudi 15 octobre 2020 par le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT). Cette dernière est l’initiatrice du concept.

Pour cette année, l’évènement est placé sous le thème « Covid-19 : ne sacrifions pas les droits humains ». La Nuit des Droits de l’Homme permet d’honorer et d’encourager les acteurs étatiques et non étatiques.

Principalement, ceux qui ont aidé le gouvernement à répondre aux engagements internationaux liés aux droits de l’homme. Aussi, va-t-elle servir de tremplin au CACIT qui pourra exhorter de nouveau les gouvernants et la société civile à la promotion et à la protection des droits humains.

Une célébration particulière

La Covid-19 ne doit pas être une raison suffisante pour surseoir à la célébration et surtout la garantie des droits de l’homme au Togo. C’est pour cette raison que les organisateurs de « la Nuit des Droits de l’Homme » l’ont maintenue.

« Nous avons estimé que ce n’est pas parce qu’il y a une crise sanitaire que ça doit encourager la violation des droits de l’homme », a déclaré le président du CACIT, Me Claude Amegan. Pour lui, il n’est pas question de baisser la garde en ce qui concerne la protection des droits de l’homme.

Les organisateurs espèrent à travers cette célébration que les acteurs puissent continuer par œuvrer afin que les droits humains soient protégés. Certes, il y a une crise sanitaire. Toutefois, la cérémonie se tiendra sous le strict respect des mesures barrières.

« La plupart du temps quand nous lançons la Nuit des Droits de l’Homme, nous le faisons dans un cadre assez festif », a souligné Claude Amegan. C’est dire que cette célébration regroupait beaucoup de gens. « Mais cette année l’exception c’est que nous allons le faire de façon symbolique », a-t-il rappelé. « Nous allons nous retrouver à un diner de Gala, seulement avec les candidats qui seront retenus ou qui seront primés et quelques partenaires qui seront avec nous », a précisé le responsable.

Une sélection rigoureuse

Pour cette 5ème édition de la Nuit des Droits de l’Homme, 12 acteurs se verront primer dans plusieurs catégories. Il s’agit entre autres du droit des enfants, des droits de la femme, des droits des personnes âgées, des personnes handicapées, des personnes vulnérables et autres.

Les personnes engagées dans la lutte contre la propagation du coronavirus seront également prises en compte. Particulièrement, celles ayant un lien avec la promotion des droits de l’homme. Alors, pour se faire compter parmi les heureux élus de ce jour, les candidats devront donc se soumettre au respect de certains critères ou conditions préalables.

Après leur dépôt de candidature, la tâche difficile reviendrait à un jury spécialisé qui va se charger de les départager. « Dès que vous déposez la candidature, il y a un jury qui est mis en place. Un jury totalement indépendant, qui a des critères de sélection et qui sélectionne sur la base de ces critères. Et c’est seulement à la suite de cette sélection que ces acteurs sont primés » a indiqué Me Claude Amegan.

Les candidats disposent d’un délai de 4 semaines pour s’enregistrer. Ainsi, ils pourront participer à cette grande fête des droits de l’homme.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *