Togo : « Il n’y a plus de fuite possible de capitaux au Togo », Ministre Christian Trimua

Le nouveau gouvernement va amorcer de nouveaux changements dans la lutte contre la corruption au Togo. A cet effet, une…


Le nouveau gouvernement va amorcer de nouveaux changements dans la lutte contre la corruption au Togo. A cet effet, une recomposition est prévue au sein de la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions assimilées (Haplucia).

L’information émane du Ministre des droits de l’Homme, de la formation à la citoyenneté, des relations avec les Institutions de la République, porte-parole du Gouvernement, Christian Trimua.

La bonne gouvernance au cœur des nouveaux défis

En effet, la dynamique du gouvernement dans la démarche de recomposition de la Haplucia est de permettre à l’institution de disposer des moyens nécessaires à la lutte contre la corruption.

Une relance qui s’inscrit dans le nouveau quinquennat 2020-2025 du Président de la République Faure Gnassingbé qui compte déployer 36 projets autour de six axes structurants. Ainsi, explique le ministre Trimua, ces projets nécessiteront la mobilisation de capitaux et de ce fait, la bonne gouvernance occupera une place prépondérante. « Il n’y a plus de fuite possible de capitaux au Togo », a lancé le ministre.

C’est l’une des promesses du Chef de l’Etat lors de sa campagne électorale en février dernier qui se concrétise. Le Président avait, soulignons-le, annoncé la mise en place d’un organe de répression des crimes économiques et infractions assimilées.

Elaboration d’un plan stratégique de lutte contre la corruption

Déjà, la Haplucia a élaboré un plan stratégique de lutte contre la corruption couvrant la période de 2019-2023. L’objectif pour les responsables est d’enrichir le document en associant les différents partenaires et acteurs impliqués afin de le rendre conforme aux standards internationaux. Elle a également entamé des campagnes de sensibilisation il y’a quelques semaines.

Dans la même dynamique, le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a sollicité en fin août dernier l’avocat camerounais, Akere Muna, spécialiste des questions de lutte contre la corruption, pour ses expertises. Une rencontre chaleureuse, selon l’avocat, qui était très impressionné par l’insistance du Chef de l’Etat à lutter contre la corruption et à promouvoir la bonne gouvernance.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *