Togo/Gouvernement : Faure Gnassingbé mise sur les femmes et les jeunes, pour réaliser le PND

Le nouveau gouvernement togolais se fait remarquer sur trois points. D’abord, l’effectif élargi de ses membres (33), par rapport au…

Parredaction Catégorie Politique le 2 octobre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

Le nouveau gouvernement togolais se fait remarquer sur trois points. D’abord, l’effectif élargi de ses membres (33), par rapport au gouvernement précèdent (24). Ensuite, la nomination de jeunes à des hauts postes de responsabilités. Enfin, et surtout, la nomination des femmes (11).

Au Togo, la primature, l’Assemblée Nationale, le Secrétariat Général de la présidence, la commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH)… sont dirigés par des femmes. Il en est de même pour le poste de médiateur de la République. Cela témoigne de la volonté du président Faure Gnassingbé de promouvoir la gente féminine. Promouvoir les femmes, oui ; mais aussi et surtout, les jeunes.

Et sur ce registre, une jeune femme vient de faire son entrée dans l’équipe gouvernementale de Victoire Tomégah-Dogbè. Il s’agit de Mawougno Mila Aziable nommée ministre-déléguée auprès du président de la République, chargé de l’Energie et des mines. A 29 ans, elle est la plus jeune ministre au sein du gouvernement.

Des jeunes pour la mise en œuvre du PND

En rattachant ce poste à la présidence, alors qu’il était précédemment occupé par Marc Ably Bidamon, Faure Gnassingbé veut des jeunes auprès de lui. Et ce, pour traiter la question de l’énergie qui est un axe très important de son programme de gouvernance. Il s’agit, bien sûr, du poste de ministre en charge de l’énergie et des mines. La nouvelle déléguée-ministérielle sera chargée d’exécuter la politique gouvernementale mise en branle depuis quelques années en matière d’énergie. Ceci, en étroite concertation avec le chef de l’Etat.

De même, le président de la République, Faure Gnassingbé, a nommé un jeune à la tête du Secrétariat Général du gouvernement. Il s’agit de Kakan-Malik Natchaba, qui était précédemment ministre-délégué. Le fils de l’ancien président de l’Assemblée nationale, a 42 ans. Il fait partie de cette kyrielle de jeunes qui gravitent autour du chef de l’Etat, pour défendre sa politique sociale et économique.

A ces derniers s’ajoutent d’autres jeunes de poigne, professeurs à l’université de Lomé, notamment Prof Komlan Dodji Kokoroko et Prof Akoda Eyewadan. Edem Kokou Tengue, Christian Trimua, Mamissilé Akla Agba Assih, Mazamesso Assih ne sont plus à occulter dans cette vague de jeunes leaders.

Des jeunes émergeants, pour une nouvelle génération de leaders

Il y a lieu de faire remarquer aussi qu’une nouvelle génération de leaders est en train d’émerger au Togo. Cela est dû au leadership du chef de l’Etat, qui, lui-même, a été député et ministre alors qu’il avait moins de 40 ans.

Certes, ce n’est pas la majorité absolue, mais dans les sphères de la gouvernance des jeunes se font de plus en plus remarquer par leur compétence. Le président de la République, Faure Gnassingbé, depuis qu’il est au pouvoir, n’a cessé de marteler son désir de voir une nouvelle génération de jeunes leaders.

C’est ce qu’il matérialise lui-même à travers des nominations dans son équipe à la présidence. Mais aussi dans plusieurs projets socio-économiques. On en veut pour preuve, l’attribution de 25% des marchés publics aux jeunes et femmes. Ce dernier geste est un signal fort de Faure Gnassingbé pour marquer son désir de promouvoir les jeunes entrepreneurs. La question des jeunes a même été au cœur d’un projet dénommé « Forum Présidentiel de la jeunesse ». Le Forum n’a pas eu lieu à la date prévue, mais l’initiative est toujours en vue par les autorités.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *