Togo : Ets Le Paysan, une entreprise semencière qui crée de l’emplois décents à Lama-Tessi

L’établissement « Le Paysan », situé à Lama-Tessi (environ 18 km de Sokodé) est spécialisé dans la production semencière. Il…

Parredaction Catégorie Dossiers le 28 septembre 2020 Étiquettes : , , , , ,

L’établissement « Le Paysan », situé à Lama-Tessi (environ 18 km de Sokodé) est spécialisé dans la production semencière. Il a été créé en 2001 par Amouzou Julien, la quarantaine (40).

Initié à l’agriculture très tôt, le choix de Julien pour la terre et pour les semences lui a été communiqués dès son jeune âge par son père. Un choix bien motivé, puisque, raconte-t-il, les humains ne pourront jamais se passer de se nourrir. Pour cela, l’agriculteur trouvera toujours à faire.

Les activités de « Le Paysan » sont la production, le conditionnement et la mise sur le marché des semences dont le niébé et les boutures comme les patates à chair orange, le riz, le maïs, le soja, l’arachide. Chaque année, il produit diverses semences de qualité qu’il met en valeur sur 350 à 400 hectares dans la centrale.

Ets Le Paysan crée de l’emplois décents

Pour cette année, il a mis en valeur 235 ha de soja et 85 ha de maïs, confie-t-il à nos confrères du journal Vert-Togo. Toutes les semences confondues lui ont permis d’avoir au moins 390 ha de production agricole.

Avec une main d’œuvre saisonnière, Amouzou Julien travaille avec plus de 350 personnes. Il accorde une place de choix aux femmes à cause de la mécanisation de son agriculture estimée à 80%. Interrogé sur la création des emplois verts, le responsable de l’Ets « Le Paysan » a reconnu que la transformation structurelle de l’agriculture est une condition préalable. Elle vise non seulement l’accroissement de la productivité du travail et le niveau des revenus, mais surtout la création des emplois décents.

Dans ce sens, il souligne qu’il faut trouver des moyens financiers, humains et matériels pour une bonne mise en œuvre des politiques publiques. Une optique dans laquelle il s’inscrit. Il a, de ce fait, présenté ses ambitions pour son entreprise dans l’orientation des investissements avec la recherche en liaison des tendances climatiques et les opportunités de marché. « La production semencière demande beaucoup de financement. L’idée est de parvenir à avoir de gros financements afin d’investir davantage. », a-t-il confié.

Contraintes et défis de l’agriculture

« Aujourd’hui, le défi pour nous est de pouvoir offrir des emplois durables. Assurer une pérennité dans notre offre d’opportunités aux jeunes qui nous approchent. Mais aussi gagner de grands marchés en allant au-delà du Togo en couvrant toute la sous-région. Nous essayons déjà, mais c’est encore minime. Nous voulons être une entreprise semencière modèle au Togo et pourquoi pas en Afrique. », a-t-il expliqué.

Bien loin de nous étaler tous ses challenges, le promoteur de l’établissement « Le Paysan » évoque également le défi de la maîtrise de l’eau. Les difficultés d’accès aux intrants de qualité en plus des difficultés induites par les changements climatiques sont, en sus, d’autres défis. Le climat connaît des bouleversements caractérisés par l’irrégularité de pluies avec des fluctuations intra et inter annuelles. Ces bouleversements compromettent ainsi les rendements agricoles et poussent bon nombre des jeunes ruraux à abandonner l’agriculture.

Malgré les contraintes rencontrées, le secteur de l’agriculture recèle aussi de nombreux atouts en termes d’avantages comparatifs basés sur des dotations factorielles favorables.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *