Togo/Etat d’urgence sanitaire : bilan satisfaisant des six premiers mois

Le 06 mars dernier, le Togo enregistrait son premier cas de la Covid-19. Aussitôt, les autorités togolaises ont pris une…

Parredaction Catégorie Santé le 17 septembre 2020 Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le 06 mars dernier, le Togo enregistrait son premier cas de la Covid-19. Aussitôt, les autorités togolaises ont pris une série de mesures pour endiguer cette maladie. Ces mesures ont été prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Selon un sondage de l’INSEED, elles sont bien appréciées par les populations togolaises.

Instauré, mi-mars dernier, à la faveur d’un projet de loi adopté par l’Assemblée Nationale, l’état d’urgence sanitaire prenait fin mardi dernier. Le gouvernement a sollicité la représentation nationale. Réunis en session, mardi, les députés ont approuvé le projet de loi du gouvernement et qui l’ont prorogé de six mois. Ils autorisent ainsi celui-ci à prendre, à titre exceptionnel, certaines décisions.

Mais, six mois après le début de l’état d’urgence, l’heure est aussi au bilan, pour les autorités. C’est d’ailleurs à cet exercice que s’est livré le Premier Ministre Klassou, devant les députés à l’Assemblée Nationale.

Selom Klassou fait le bilan des six mois d’état d’urgence

Le Premier Ministre, Sélom Klassou, a présenté, mardi, le bilan des six premiers mois de l’état d’urgence instauré au Togo. Le chef du gouvernement a rappelé les différents comités mis en place dans le cadre de cette lutte contre la Covid-19. Et ce, avant de dresser un bilan sur le plan sanitaire, social et économique. « Au titre des mesures sanitaires, le gouvernement (…) a lancé un vaste programme de réhabilitation et d’équipement de plusieurs hôpitaux et centres de santé à travers tout le pays. Dans ce contexte, des équipements dont des scanners, respirateurs et lits ont été commandés et installés. Par ailleurs, des millions de masques professionnels et ordinaires, des tests, des équipements de protection etc, ont été réceptionnés et mis à disposition », a-t-il indiqué.

Pour mieux protéger le personnel soignant, le gouvernement vient de souscrire une assurance maladie spéciale pour le personnel soignant qui est au front de la lutte curative. Il s’agit de l’assurance décès et Incapacité temporaire de travail dûes au coronavirus. Elle couvre plus de 12 000 agents, a précisé Sélom Klassou. Celui-ci a fait observer que depuis mars « le Centre Hospitalier Régional (CHR) de Lomé Commune a été réhabilité. Il a également été aménagé et équipé de plus de 150 lits pour accueillir les patients contaminés qui sont entièrement pris en charge par l’Etat ». Il en est de même pour les CHR d’Atakpamé, de Sokodé, de Kara et de Dapaong où des unités de prise en charge appropriées ont été aménagées et équipées et le personnel renforcé, ajoute le chef du gouvernement.

Des tests massifs et rapides, des aides sociales et économiques, une sécurité renforcée

Pour réaliser des tests de dépistage massifs et rapides, des unités de dépistage ont été créées dans plusieurs centres de santé des districts de Lomé. Il s’agit notamment au Centre de santé de Lomé au quartier des Etoiles, au Centre médico-social (CMS) d’Adakpamé, au CMS d’Amoutivé, Centre de Santé de Kodjoviakopé et au CMS de Cacavéli. De même, des laboratoires mobiles sont déployés dans chaque région. Mieux, l’unité de l’Institut National d’Hygiène (INH) a également été créée à Kara afin de couvrir la partie septentrionale du pas.

A la date de ce jeudi, le pays a effectué 79635 tests sur toute l’étendue du territoire national. De plus, « dans l’esprit d’allier la sécurité sanitaire à la relance de l’économie, un laboratoire inédit a été mis en place à l’Aéroport international GNASSINGBE EYADEMA de Lomé. Cela a permis la réouverture des frontières aériennes du pays le 1er août dernier », a indiqué le Premier ministre.

Sur le plan social, sur 1 394 237 demandes enregistrées, 581 130 personnes ont bénéficié du programme Novissi. Cela représente un montant de 11 668 153 500 FCFA. Devant l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre n’a pas manqué de louer les prouesses de ce programme. « Le caractère innovant et salutaire de ce programme a même fait cas d’école et cité dans une émission de RFI comme exemple à suivre par d’autres pays. Il convient de souligner qu’un détail précis vous sera donné dès que la crise sanitaire prendra fin », a-t-il dit. Suppression des tranches sociales sur les factures d’électricité et de l’eau, réduction des coûts de branchements etc… Le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens.

Enfin, les entreprises n’ont pas été laissé pour compte. Celles-ci ont bénéficié de l’allègement des actions en recouvrement, avec l’octroi de plans de règlements échelonnés à la demande et à l’appréciation au cas par cas.

Les entreprises se trouvant dans l’impossibilité de déposer leurs états financiers dans les délais ont reçu l’accompagnement des autorités. Les contrôles fiscaux ainsi que des paiements des pénalités de retard pour les impôts ont été supprimés. Le gouvernement a accordé une réduction spéciale de 25 % sur l’acompte de la Patente, pour les transports, hôtels, restaurants et organismes assimilés agréés, ainsi qu’aux organisateurs du circuit touristique agréés.

Par ailleurs, certaines villes du pays sont toujours bouclées. Les mises en quarantaine et isolements se poursuivent. De l’avis de certains experts, le bilan aurait été pire si les autorités n’avaient pas vite réagi. A la date du 17 août 2020, le Togo était le pays de l’Afrique de l’ouest à avoir enregistré le moins de cas confirmés de Covid-19 (N= 1154 cas) et le moins de décès en nombre absolu (n = 27). La létalité était estimée à 1,50% en Afrique de l’ouest, mais était de 2,3 % au Togo. C’est selon un rapport de l’OMS.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *