Togo/Etat d’urgence : pour la santé publique, une nouvelle prorogation s’impose après le 15 septembre ?

Alors que les cas de Covid-19 flambent au Togo, l’état d’urgence sanitaire doit prendre fin le 15 septembre prochain. Au…

Parredaction Catégorie Santé le 11 septembre 2020 Étiquettes : , , ,

Alors que les cas de Covid-19 flambent au Togo, l’état d’urgence sanitaire doit prendre fin le 15 septembre prochain. Au regard de cette situation, sera-t-il prorogé, comme précédemment ?

Au Togo, l’état d’urgence sanitaire est en vigueur depuis début avril dernier. Il a été prorogé deux fois sur propositions du Premier ministre, et doit prendre fin le 15 septembre prochain. Ces prorogations sont justifiées par les risques sanitaires d’une contamination à grande échelle, face à la hausse inquiétante des cas. Mais, certains ont accusé le Premier ministre de vouloir profiter de la situation pour rallonger sa durée à la primature.

Nouveau gouvernement, points de vue divergents

En effet, il semble que le remaniement ministériel tant attendu est subordonné à la fin de l’état d’urgence. A en croire certains observateurs, le Premier ministre ne peut pas démissionner dans le contexte actuel. Un contexte où sa responsabilité et celle de son gouvernement sont engagées dans la riposte contre Covid-19. A la fin de l’état d’urgence, il va rendre des comptes avant de partir, soutiennent-ils. D’autres pensent que c’est la volonté du chef de l’Etat, qui ne veut pas laisser un vide dans la gestion de la crise.

Faure Gnassingbé a prêté serment, début avril dernier, pour son quatrième mandat. Comme le veut la tradition républicaine, le Premier ministre devait rendre sa démission. Quid au président de le reconduire ou pas. Sauf que depuis ce temps, Sélom Klassou n’a pas démissionné. Alors, certains ont cru bon d’appeler le chef de l’Etat à le démettre de ses fonctions… en vain. Contrairement aux mauvaises langues, Faure Gnassingbé met la santé des togolais devant toute idée de remaniement ministériel.

Faure Gnassingbé privilégie la santé des togolais

En réalité, si de nouveaux ministres sont nommés à l’issue d’un remaniement, ceux-ci pourraient mettre du temps à s’installer. Il s’agit d’avoir la maitrise de tous les paramètres des dossiers mis en branle par leurs prédécesseurs. Il faudra peut-être du temps pour certains afin d’organiser d’autres procédés légaux dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Sinon, si c’est pour faire les mêmes choses, pourquoi donc changer ceux qui sont actuellement en poste ? Le remaniement visera donc à apporter quelques choses de neuf pour le pays. Or, face à la situation d’urgence, une perte de temps serait suicidaire pour le pays. De plus, l’équipe gouvernementale en place mène bien sa mission et reçoit des félicitations sur le plan international.

Somme toute, Sélom Klassou et son équipe poursuivent leur mission. Le gouvernement s’emploie à résoudre les problèmes de l’heure liés à la Covid-19, mais aussi aux réalités avant Covid-19. A scruter les actions déployées, il est évident que Faure Gnassingbé n’est pas indiffèrent à la crise sanitaire. Au contraire, le chef de l’Etat est très préoccupé par la santé des Togolais qu’il place avant tout.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *