Togo/Energie : les ministres s’imprègnent de la mise en œuvre du projet de Gazoduc

Le comité des ministres des pays signataires du projet de Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (GAO) s’est réuni ce jeudi,…

Parredaction Catégorie Economie Société le 18 décembre 2020 Étiquettes :

Le comité des ministres des pays signataires du projet de Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (GAO) s’est réuni ce jeudi, 17 décembre 2020 à Lomé. Il s’agit notamment du Togo, du Benin, du Ghana et du Nigeria. A cette rencontre, les différents acteurs ont fait le point sur la mise en œuvre du projet.

Le GAO est un projet de coopération relatif au transport du gaz naturel des pays producteurs (Nigeria) vers les pays importateurs (Togo, Benin, Ghana). Mais ces dernières années, le Ghana a rejoint le Nigeria en terme de production. La réunion de Lomé a été présidée par la ministre auprès du Président de la République togolaise chargé de l’Energie et des Mines, Mawunyo Mila Ami Aziable.

Passer en revue les aspects de l’exploitation du gazoduc

Le gaz naturel est une énergie propre facilement associable avec les énergies renouvelables. Son extraction, sa purification et son transport nécessite « très peu de moyens ». D’après le directeur général de l’Autorité du GAO, Debo Barandao, l’année 2020 a été particulièrement fructueuse du point de vue du transport du gaz.

« On est arrivé à des records qui n’ont jamais été atteints et on peut constater que l’approvisionnement en gaz a été plus que la demande exprimée dans les trois pays acheteurs », a expliqué Debo Barandao.

Les travaux ont porté sur les réformes engagées pour mentionner la méthodologie tarifaire et allégements fiscaux. Aussi, les ministres ont planché sur la règlementation afin d’adapter les règlements techniques aux normes actuelles.

Le Gazoduc, un projet qui promeut l’intégration régionale

Pour la ministre Mawunyo Aziable, le gazoduc ouest africain contribue à la sécurisation énergétique des pays attenue les conséquences environnementales. Car, explique-t-elle, il permet de substituer le gaz naturel qui est l’énergie fossile, la moins polluante aux combustibles plus polluants comme le Fioul lourd.

Les discussions au cours de la réunion permettent aux acteurs de réajuster la stratégie pour l’opérationnalisation rapide du Gazoduc afin de garantir sa fiabilité et sa durabilité. « Je voudrais par cette occasion me faire le porte-parole des membres du comité des ministres pour rendre un hommage sincère à nos chefs d’Etats pour leurs engagements dans la consolidation de la coopération entre nos pays », a indiqué Mawunyo Aziable.

Il faut préciser que le Gazoduc entend stimuler le développement économique des pays et de promouvoir l’intégration.

Lire aussi : Togo/ Energie renouvelable : Bientôt des pompes à eau solaires annoncées par EDF et Bboxx pour les agriculteurs

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *