mercredi, novembre 25, 2020


Togo : démarrage ce jour de la danse Habyè en pays Kabyè, le canton de Lama a donné le ton

C’est aujourd’hui que commence la danse Habyè en pays kabyè situé dans le nord Togo. C’est une tradition qui d’après…

Parredaction Catégorie Culture le 10 novembre 2020 Étiquettes : , , , , , , ,

C’est aujourd’hui que commence la danse Habyè en pays kabyè situé dans le nord Togo. C’est une tradition qui d’après la légende est une danse de purification. Elle permet de chasser les esprits qui sont à l’origine de la mort dans les communautés du peuple Kabyè.

C’est une célébration culturelle et cultuelle qui s’effectue tous les cinq ans et pour cette édition, c’est le canton de Lama qui a donné le ton. D’autres cantons suivront selon la date retenue par chaque canton, informe le Secrétaire général de l’académie kabyè.

L’origine de la danse Habyè

Des cantons de la préfecture de la Kozah se mettent au rythme de la danse Habyè. Elle est considérée pour le commun des mortels comme une « danse des sorciers ». Pour le Secrétaire général de l’académie kabyè, c’est une danse de purification et non des sorciers, a-t-il précisé.

En effet, le mot Habyè peut être traduit par “danse mystique” et est composé de deux mots « Hama » (qui signifie “sorcellerie” ou ce qui sort de l’ordinaire) et « Bayè » (qui signifie “danse”). C’est donc une danse de révélation des forces occultes.

Selon le livre du chercheur Kao Blanzoua, « le Kabyè et ses coutumes » paru en 1993, cette danse est apparue tout simplement pour chasser la mort. Son origine participe d’une peste qui ravageait le peuple kabyè, notamment les ressortissants du canton de Bohou. Ainsi, après des consultations divinatoires, la vérité fut révélée qu’ils devaient par certaines cérémonies arrêter la mort qui frappait les peuples.

Les étapes du rituel Habyè

Habyè se fait en deux temps. Premièrement, les djodjona (prêtres traditionnels) et les hommes influents de chaque canton organisent la partie sacrifice. Au cours de cette partie, c’est une racine spécifique que l’on cherche, sèche, pile dont l’on se sert pour faire de la sauce.

Cette sauce est d’abord dégustée dans la place publique et puis on en donne à chaque garçon qui peut en faire une sauce ou en soupe chez lui pour la famille. Cela permet de purifier d’abord les corps des uns et des autres.

La deuxième partie, qui est très visible, publique, consiste la danse. Cette danse se fait par canton selon la date de calendrier qui est choisie par chaque canton. Au cours de ces danses, les gens dansent en exprimant leurs capacités de menacer la mort. Ils expriment en même temps leurs capacités d’avoir eu l’emprise sur la mort.

A un moment donné les gens dansent avec d’autres forces mystiques pour prouver qu’ils sont aussi puissants pour renvoyer la mort. Ils mangent les reptiles, les serpents crus, etc. Il y’en a même qui font des mystères impensables.

Pour cette édition, la pandémie de la Covid-19 bouleverse les étapes où la danse publique est supprimée pour éviter des attroupements.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *