Togo/Covid-19 : essais cliniques des remèdes, l’UL donne des précisions

L’Université de Lomé (UL) a soufflé ce 14 septembre 2020, sa cinquantième bougie. Une commémoration marquée par la crise sanitaire…

Parredaction Catégorie Santé le 16 septembre 2020 Étiquettes : , , , , , ,

L’Université de Lomé (UL) a soufflé ce 14 septembre 2020, sa cinquantième bougie. Une commémoration marquée par la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la covid-19. Ainsi, dans la fièvre de la célébration, l’UL a annoncé le démarrage effectif des essais cliniques ses remèdes contre le coronavirus.

Il s’agit des phytomédicaments découverts à l’issue des études menées par une Commission ad hoc de l’UL (COMUL). Ce groupe de recherche est composé des médecins professionnels et des tradithérapeutes.

Précisions sur ce traitement made in Togo en vue

Les tests cliniques vont débuter dans quelques jours. Comment vont-ils concrètement se dérouler ? Le Professeur Didier Ekouévi, Epidémiologiste et chargé de la méthodologie et l’essai au sein de la commission ad hoc, a expliqué le processus.

« Essai randomisé », c’est la technique que va utiliser l’Université de Lomé pour ces tests. En effet, la distribution du traitement se fera par tirage au sort. Il s’agit pour les spécialistes, de comparer les médicaments qui seront administrés avec un traitement de référence. En clair, celui, qui est actuellement administré, est à base de l’Hydroxychloroquine.

L’idée, a indiqué Pr Didier Ekouévi, est de recruter environ 250 patients. « Nous ne prétendons pas que nous allons guérir avec les phytomédicaments de la Covid-19 », a-t-il précisé. Il a ensuite ajouté que l’UL essayait de montrer, si cela peut permettre de réduire le délai d’hospitalisation ou de contagion.

Période de mesure de l’efficacité du traitement

Selon les explications de l’épidémiologiste, la période déterminante de l’efficacité du traitement made in Togo est de 8 jours. Tout commence par un diagnostic des patients qui va se révéler positif au virus. Ensuite, les médicaments leur seront administrés avec un suivi régulier.

Au bout du 8ème jour, les médecins vont encore mesurer la charge virale, le test qui permet de conclure que les patients sont positifs. Enfin, ils vont chercher à identifier dans chaque groupe, la proportion des patients ayant une charge virale négative.

« C’est-à-dire, c’est la proportion des gens qui sont négatifs au bout de 8 jours qui nous permettra d’évaluer l’efficacité du traitement », explique le Professeur Didier Ekouévi. L’essentiel, a-t-il souligné, est de savoir si les phytomédicaments (plantes traditionnelles) qu’il y a au Togo permettent d’améliorer le pronostic de la Covid-19.

En rappel, les phytomédicaments proposé par l’UL sont l’Imunitum, l’Immu-Top, le Secure et le Biocire.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *