vendredi, novembre 27, 2020


Togo/Consommation locale : « produire quantitativement, qualitativement mais aussi à un prix compétitif », Jules AMENKEY

Démarrée en début de ce mois, la promotion de la consommation continue son bonhomme de chemin. Ainsi, dans une sortie…


Démarrée en début de ce mois, la promotion de la consommation continue son bonhomme de chemin. Ainsi, dans une sortie médiatique, Jules AMENKEY, membre du comité d’organisation du mois de la consommation locale, estime qu’il faut accompagner les acteurs à produire quantitativement, qualitativement. Il ajoute qu’il faut que le prix aussi soit compétitif pour que l’on s’en approprie très rapidement.

C’est un mois au cours duquel, les autorités togolaises vont accentuer des actions aux cotés des producteurs et des consommateurs. Ceci, pour une prise de conscience sur l’importance de miser sur les produits locaux.

Miser sur la quantité et la qualité

Au cours de ce mois, outre les défis de la production quantitative avec notamment la mise en place des différents programmes d’accompagnement aux producteurs (MIFA, FAIEJ, PNIASAN, etc.), l’accent sera mis également sur la production qualitative et aussi sur le prix.

Pour Jules AMENKEY, la production quantitative ne pose pas trop de problèmes. Mais, il faut produire plus. Ce qui suppose que la quantité n’est pas encore suffisante. « Nous produisons mais pas en quantité suffisante pour avoir des contrats dans la durée », a-t-il estimé.

Il fonde son analyse sur la production du soja où le besoin est très crucial sur le marché. « Je prends l’exemple du soja. (…) A un moment donné, nous avons accompagné les acteurs à l’extérieur pour avoir des contrats et la demande était 25000 tonnes par mois », a-t-il indiqué.

« C’est le besoin exprimé alors que nous étions à 25000 toute l’année. Il y’a un problème de quantité », a-t-il expliqué.

La qualité pour un changement d’habitude

En plus de la quantité, il faut que les produits locaux soient d’une qualité irréprochable. Ainsi, il sera question au cours de ce mois de sensibiliser davantage la population notamment les consommateurs à adopter le bon geste en consommant local pour soutenir les producteurs. Dans ce sens, selon Jules AMENKEY, des initiatives seront multipliées parce qu’il faut encore accentuer les efforts pour que tous les citoyens prennent suffisamment conscience.

« Il faut que quand nous traversons les rayons de supermarché, que l’on ait tendance à regarder qu’est ce qui est local », a-t-il souligné. « Qu’est ce qui est fait ici chez moi. Parce que j’ai l’assurance sur la qualité, sur les éléments nutritifs », a ajouté M. Jules AMENKEY.

Dans ces conditions, il est donc clair que c’est la qualité qui motivera le mieux à consommer local. Surtout, à un prix compétitif.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *