Togo : accord entre la société Samaria et les populations de Dévégo

Le bras de fer opposant la société d’exploitation sablière Samaria et les populations de la localité de Dévégo a finalement…

Parredaction Catégorie Dossiers le 1 octobre 2020 Étiquettes : , , , , , , ,

Le bras de fer opposant la société d’exploitation sablière Samaria et les populations de la localité de Dévégo a finalement pris fin. En grogne depuis des mois, ces populations déploraient l’effet néfaste que l’extraction du sable avait sur leur quotidien.

Les activités qui étaient suspendues vont reprendre suite à un accord trouvé à l’amiable avec les populations de Dévégo (une localité du Sud Togo).

Un consensus bénéfique pour tous

Le maire de la commune du Golfe 6, Kofi Dagbovi, et le chef de quartier DarrahKopé, Togbui Vimadjé Darrah, étaient présents pour la relance des activités. « Nous avons assisté à la reprise des travaux interrompus entretemps par des populations. Nous avons essayé de les aplanir, elles ne sont pas toutes réglées, mais le reste revient à la société exploitante. Avec le comité de suivi que nous avons mis en place, les recommandations seront suivies et voir si elles sont respectées », a déclaré le maire.

Satisfait de la reprise des activités d’extraction, M. Dagbovi a tenu à rappeler l’importance que cela requiert pour la commune. « Le problème, c’est que contrairement à ce que les gens racontent, Samaria a une existence légale. C’est le gouvernement qui a donné le permis d’installation à la société. En tant que maire, je suis l’exécution des travaux en veillant au respect du cahier des charges », a-t-il déclaré. M. Dagbovi a, par ailleurs, précisé que cet arrêt des activités a occasionné un manque à gagner de « 6millions » pour la commune. Il a confié que « 2 mois sans argent, c’est un manque à gagner ».

Des contestations dues à une manipulation selon le maire

Les populations de Dévégo avaient récemment crié leur ras-le-bol face aux travaux d’extraction de sable entrepris par la société Samaria dans leur milieu. Ils manifestaient contre la dégradation des habitations, la pénurie d’eau dans les puits, les fissures des murs et l’insécurité des enfants.

Cependant, le maire de la localité ne les comprenait pas. Selon lui, les revendications portées par sur les médias par rapport à la situation est contraire à la réalité. Etant lui-même descendu sur le terrain. Il a souligné que les populations de Dévégo étaient manipulées.

« Nous sommes venus constater la situation. J’ai l’impression qu’il y a de la manipulation dans cette histoire. Des noms sont cités. Néanmoins, je ne jette pas des fleurs à la société Samaria, mais depuis qu’elle a entrepris des travaux ici, il y a un changement au niveau du village Dévégo. Entretemps, on ne pouvait même pas venir ici. Il y avait des crocodiles », avait précisé le maire Dagbovi. Selon l’autorité locale, la réalité fait état des constructions sans permis alors que la zone est une réserve administrative.

Rappelons que le maire avait effectué sa visite avec le Directeur Général des Mines et du Directeur de l’Agence Nationale de Gestion de l’environnement (ANGE).

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *