Terrorisme en Syrie : un attentat fait des morts au nord du pays

Le terrorisme en Syrie vient de faire de nouvelles victimes. Une violente explosion a fait plusieurs morts, le dimanche 26…

Parredaction Catégorie Société le 28 juillet 2020 Étiquettes : , , , ,


Le terrorisme en Syrie vient de faire de nouvelles victimes. Une violente explosion a fait plusieurs morts, le dimanche 26 juillet à Ras Al Ain, une ville frontalière avec la Turquie. Cette région est couramment sujette à de nombreux attentats. Déjà, un premier attentat à la voiture piégée avait été perpétré le samedi avec 4 morts et 10 blessés.

Cette nouvelle explosion à la moto piégée a eu lieu le dimanche dans un marché, déclenchant un incendie. Elle a, en effet, fait 8 morts dont 6 civiles, 2 militaires et plus de 19 blessés. Aucune revendication n’a été faite jusqu’à présent. Mais Ankara soupçonne les rebelles du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Terrorisme en Syrie, insécurité malgré la présence des forces turques

Longtemps occupée par la milice kurde, cette ville du nord de la Syrie a été le théâtre de violents combats en octobre 2019. A l’époque, les journalistes turcs affirmaient, en effet, que la ville est libérée entièrement.

Mais pourtant, « c’est difficile à croire depuis là où nous nous trouvons », affirmaient l’envoyée spéciale Oriane Verdier de RFI. Elle a, ensuite, ajouté que « Les civils que nous sommes arrivés à joindre du côté syrien affirment pour leur part que les forces pro-turques sur le terrain ont tenté d’entrer dans la ville, sans succès ».

Pour lutter contre le terrorisme en Syrie, un jeu de propagande a, donc, commencé entre les deux camps. Ce qui a laissé longtemps un flou sur la situation réelle dans la région. « Une chose est sure, si les combats entrent dans une phase de conflit urbain, cela signifierait des affrontements longs, quartier par quartier », d’après la même correspondante.

Les troupes de Recep Tayyip Erdogan ont réussi au prix de longs combats une partie importante soit 120 km le long de la frontière et 30 km à l’intérieur du territoire syrien. Malgré cette occupation, les groupes impliqués dans le terrorisme en Syrie sévissent toujours dans la région.

Ankara aura du pain sur la planche face à ces groupuscules rebelles qui vouent une opposition farouche à la présence turque en Kurdistan.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.