[Analyse] Accès conditionné au pavillon militaire : une tactique de protection du détenu Kpatcha Gnassingbé ?

Kpatcha Gnassingbé, l’ex ministre de la Défense, détenu à la prison civile de Lomé, depuis 2009, est actuellement hospitalisé au…


[bsa_pro_ad_space id=4]

Kpatcha Gnassingbé, l’ex ministre de la Défense, détenu à la prison civile de Lomé, depuis 2009, est actuellement hospitalisé au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Sylvanus Olympio. Précisément, le demi-frère du président togolais, Faure Gnassingbé serait sous soins intensifs au pavillon militaire, dont l’accès est désormais conditionné.

La raison principale évoquée par le directeur central du service de Santé des Armées, Médecin-Colonel Djibril Mahaman Awalou, est la limitation de la propagation du virus. Mais quand on sait, d’après son avocat, que l’ancien député Kpatcha Gnassingbé souffre d’une maladie qui le met dans un état de vulnérabilité, il y’a de quoi s’interroger sur les réelles intentions des autorités.

Kpatcha Gnassingbé atteint d’ulcère veineux, vulnérable à la Covid-19

[Analyse] Accès conditionné au pavillon militaire : une tactique de protection du détenu Kpatcha Gnassingbé ?Maître Raphaël Kpandé-Adzaré, avocat du détenu Kpatcha Gnassingbé s’est longuement prononcé sur l’état de santé de son client, admis au CHU depuis le 17 juin dernier. Ce, dans une interview accordée à la radio Deutsche Welle et relayée par nos confrères de Liberté ce 13 juillet dernier.

Selon Maître Kpandé-Adzaré, la santé du demi-frère de Faure Gnassingbé est de plus en plus dégradante. « Le député Kpatcha Gnassingbé souffre d’un ulcère veineux qui se caractérise par une plaie qui se localise à sa jambe droite qu’il soigne depuis plus de 5 ans mais qui ne se cicatrise pas », a-t-il précisé.

Selon les spécialistes, les personnes porteuses de comorbidités sont les plus exposées à la Covid-19. Elles sont susceptibles d’être facilement infectées par le virus. Il y’a donc de quoi penser que le Médecin-Colonel Mahaman Djibril, en conditionnant l’accès au pavillon militaire du CHU Sylvanus Olympio, poursuit un but unique.

Lire aussi: Administration de Pfizer/BioNTech au Togo : ce qu’il faut savoir sur ce vaccin Germano-Américain

Protéger Kpatcha Gnassingbé afin d’éviter le pire. « Prévenir vaut mieux que guérir », dit-on. Avec sa santé fragile, la probabilité que l’ancien ministre guérisse de la Covid-19 en cas d’une éventuelle infection, est très faible.

[Analyse] Accès conditionné au pavillon militaire : une tactique de protection du détenu Kpatcha Gnassingbé ?Les conditions d’accès au pavillon militaire

Désormais, rendre visite à un proche hospitalisé au pavillon militaire du CHU Sylvanus Olympio, n’est pas tâche aussi facile. L’accès à ce centre de santé est conditionnée par la présentation d’une carte vaccinale anti-Covid-19 (au moins une dose).

A ne pas manquer: Passeport vaccinal contre la covid19 au Togo : les étapes à suivre pour obtenir ce « sésame »

À défaut de la carte vaccinale, informe la note du Colonel Djibril, les visiteurs peuvent présenter un test PCR Covid-19 négatif. Mais, celui-ci devrait dater de sept (7) jours au minimum. Comme dans tous les autres centres, le port de masque est obligatoire pendant toute la visite.

[Analyse] Accès conditionné au pavillon militaire : une tactique de protection du détenu Kpatcha Gnassingbé ?Il faut préciser que le Médecin-Colonel Mahaman Djibril est aussi le Coordinateur national de la gestion à la riposte contre la Covid-19. De ce fait, l’on se demande pourquoi conditionner seulement l’accès au pavillon militaire, si la motivation est de limiter la propagation du virus.

Contrairement à d’autres centres de soins, le pavillon militaire est réservé à une certaine catégorie donnée de personnes et de toute évidence, l’accès est limité. Peut-être que la mesure aurait pu s’étendre à tous les départements du CHU Sylvanus Olympio, si la cible principale n’était pas Kpatcha Gnassingbé.

Ces tactiques risqueraient de donner raison à la défense de l’ex ministre accusé tentative de coup d’Etat. L’avocat Raphaël Kpandé-Adzaré demande l’évacuation de son client pour des soins appropriés.

A ne pas rater: Les centrales syndicales du Togo appuient le personnel soignant dans la lutte contre le Covid-19

Christelle Agnindom

 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *