vendredi, septembre 24, 2021


Togo/SYNPHOT : les revendications satisfaites, la grève d’hier 11 août n’a pas eu lieu

Obtenir de meilleures conditions de travail pour le personnel soignant. C’était les revendications devant aboutir à la grève prévue au…

Parredaction Catégorie Santé le 12 août 2020 Étiquettes : , , , , ,


Obtenir de meilleures conditions de travail pour le personnel soignant. C’était les revendications devant aboutir à la grève prévue au Centre Hospitalier Universitaire (CHU Campus) hier mardi 11 août 2020. Celle-ci a finalement été annulée. Les organisateurs invoquent des avancées louables dans les négociations entamées avec la direction de l’hôpital.

Le collectif à l’origine du mot d’ordre lancé le 3 août 2020 était composée de 5 syndicats de la santé. Ils sont le SYNPERSANTO, le SYLASTO, le SYNAM, le SYNAFRETO et le SYNPHOT. Ce rassemblement survient après de nombreux cas de contaminations constatés au sein du personnel soignant.

Des pourparlers concluants avec la SYNPHOT

La paralysie des activités à laquelle on s’attendait au CHU Campus de Lomé a été évitée de justesse. Les discussions avec les autorités compétentes ont heureusement abouti. A cet effet, les différents points contenus dans la plateforme revendicative de la SYNPHOT ont été satisfaits. Notamment la fourniture de matériels adéquats.

Quant aux revendications encore en attente, des pourparlers sont en cours. C’est ce qu’a affirmé la SYNPHOT à travers un communiqué paru le lundi 10 août 2020. « Au terme des discussions, il y a eu de véritables avancées dans la fourniture du matériel de protection et la voie du dialogue reste privilégiée », pouvait-on y lire.

Ce communiqué a également été signé par la branche SYNPHOT (Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo) du CHU Campus. Ce dernier s’était entre temps désolidarisé de la grève du collectif pour cause d’irrégularités de forme dans la procédure.

Une meilleure riposte à la pandémie

Satisfaits partiellement dans leurs revendications, les professionnels de la santé sont à présent mieux équipés face au coronavirus. Ils ont reçu, comme exigé, des masques chirurgicaux, des combinaisons, des gants, des visières, des solutions de désinfection.

En attendant la prime de motivation anti Covid19, ils peuvent faire face efficacement à la pandémie du Covid-19. Ceci sans craindre une éventuelle contamination. Le manque criard de matériel de protection dans les hôpitaux semble appartenir au passé.

Toutefois, le collectif de syndicats ne semble pas baisser les bras pour autant dans sa lutte. « Le matériel demandé a été donné. On va poursuivre les discussions pour la prime spéciale anti Covid-19 », a confié Dr Tsolényanu.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *