mercredi, novembre 25, 2020


Soudan : autorisation de l’alcool dans un pays majoritairement musulman

Pays à majorité musulmane, le Soudan actuel malgré son rattachement au Soudan du Sud en 2011 de majorité chrétienne, demeure…

Parredaction Catégorie Société le 14 juillet 2020

Pays à majorité musulmane, le Soudan actuel malgré son rattachement au Soudan du Sud en 2011 de majorité chrétienne, demeure un pays musulman.

L’Islam est la plus importante religion du pays et compte 97% de musulmans. Ces derniers dominent les institutions gouvernementales nationales depuis l’indépendance en 1956.

En effet, depuis 1983, la consommation de l’alcool a été interdite par le président Gaafar Nimeiri. L’alcool dans un pays où la législation demeure très conservatrice constitue un crime très grave. On pouvait comprendre, ainsi, avec l’ex-président Omar El Béchir que pour le musulman qui boit de l’alcool, il lui est facile d’aller à l’encontre des principes de l’Islam.

Cependant, le soir du samedi 11 juillet 2020, Nasreddine Abdelbaari, ministre de la justice, a annoncé la suppression de l’article 126 du code pénal. Un code qui traite de l’apostasie entrainant une peine de mort en cas de consommation de l’alcool. Ce qui permet aujourd’hui au soudanais de confession non-musulmane de consommer de l’alcool. En l’occurrence dans un espace non publique.

Avec une représentation de 3% de la population selon les chiffres officiels, les non-musulmans, consommant de l’alcool dans un pays à majorité musulmane, laissent d’énormes inquiétudes.

Quelles conséquences pour la santé ?

La consommation de l’alcool entraine d’importants problèmes pour la santé humaine. Sa consommation abusive entraine des intoxications aigües, des blessures intentionnelles et non-intentionnelles. Il faut aussi citer les cancers, car l’alcool est une substance cancérigène pour l’humain, des maladies infectieuses pour ne citer que ceux-là.

L’alcool modifie les sens en déréglant les échanges entre les neurones et augmente le temps de réaction d’une seconde tout en diminuant les réflexes, la vigilance et la résistance. Si donc l’alcool contribue à la destruction de la santé humaine et qu’aujourd’hui le Soudan le permet aux non-musulmans, que faut-il comprendre ?

Pourquoi une telle autorisation pour les non-musulmans ?

Faut-il donc comprendre que le Soudan fait abstraction des principes islamiques ? En vérité, il est inconcevable de dire que la consommation de l’alcool est juste autorisée en partie. Car, composé de laïc, ce pays érige en sa population une inégalité qui relève d’une appartenance religieuse. Pensant à la question ethnocentriste pour espérer comprendre que seul les fils islamiques auront accès à une grâce divine, claire est l’idée selon laquelle les non-musulmans sont laissés aux pratiques dite interdites.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *