Sénégal : Khadija Sambe, la surfeuse sénégalaise vise les J.O 2021

Khadija Sambe est la première femme sénégalaise surfeuse professionnelle. Avec pour ambition les jeux olympiques 2021 à Tokyo, elle s’est…

Parredaction Catégorie international Sport le 2 septembre 2020 Étiquettes : , , , , ,


Khadija Sambe est la première femme sénégalaise surfeuse professionnelle. Avec pour ambition les jeux olympiques 2021 à Tokyo, elle s’est installée en Californie du Sud aux USA afin de se donner les moyens de réaliser son rêve.

Les débuts de la jeune femme de 24 ans n’ont pas été faciles. Face aux interdits de la société sénégalaise, elle a dû se battre contre vents et marrées pour réaliser son rêve.

Les débuts compliqués

Khadija Sambe a grandi entre un village de pêcheurs et N’Gor, une île de surfeurs près de Dakar. Dans un reportage réalisé par la chaine française France Télévisions, elle raconte son enfance et son amour pour ce sport rare en Afrique. « Souvent, je passais avec mon kayak à côté des surfeurs. Je voyais tous ces surfeurs et je me disais, mais où sont les filles qui surfent ? », relate la sportive professionnelle.

A l’âge de 13 ans, elle se lance contre l’avis de ses parents et de sa communauté. Traditionnellement, les femmes sont à la maison et les sports sont réservés aux hommes. Alors, elle se rend en cachette à la plage et surfe tous les jours, jusqu’à s’affirmer dans ce milieu masculin. « Quand tu es dans l’eau, tu oublies tous tes problèmes. Tu penses que tu es dans un autre monde, dans un endroit extraordinaire », explique-t-elle.

Du Sénégal à la Californie

Devenue entraîneuse dans un club de surf à Dakar, elle est repérée par Rhonda Harper, la fondatrice de « Black girls surf ». En lutte pour une meilleure représentabilité des femmes dans ce sport, elle a été impressionnée par la jeune sénégalaise.

« Pour les jeunes filles qui commencent à surfer, je leur conseille de ne pas écouter les personnes qui leur disent d’arrêter ou de rester à la maison. C’est quelque chose d’arriéré », a-t-elle déclarée.

Ainsi, Khadija Sambe et Rhonda Harper ont fondé une école de surf pour les filles de Dakar. Elles recrutent aujourd’hui d’autres femmes africaines pour se présenter aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021. Khadija Sambe vit actuellement en Californie, où elle continue de s’entrainer. Malgré qu’elle soit loin de sa terre natale, l’athlète se sent toujours chez elle lorsqu’elle rentre en contact avec l’eau.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *