Protection des groupes vulnérables : les élus locaux du Togo appelés à coopérer avec la société civile

Les élus locaux du Togo ont été interpelés sur leurs rôles et responsabilités dans la protection des droits des groupes…

Parredaction Catégorie Dossiers le 23 septembre 2020 Étiquettes : , , , , , ,


Les élus locaux du Togo ont été interpelés sur leurs rôles et responsabilités dans la protection des droits des groupes vulnérables. C’était au cours d’une séance de discussion dénommée « Face au Panel », tenue ce mardi à Lomé.

La rencontre a été initiée par le Réseau Défenseurs des Droits de l’Homme (DDH) « Watch ! ». Elle a regroupé les acteurs de la société civile et des élus locaux du Togo. Celle-ci fait suite à la séance ayant réuni les acteurs de la santé et de l’emploi, la semaine dernière.

Une franche collaboration entre élus locaux du Togo et acteurs de la société civile

Pour un développement inclusif des collectivités locales, le Réseau Watch a recommandé aux élus locaux du Togo de s’associer avec les autres acteurs de la société. En effet, la mission des collectivités territoriales est de mettre en place des services ou des programmes à l’endroit des populations et des groupes vulnérables.

« Mais, ce n’est pas seulement les services des collectivités locales qui doivent s’occuper des groupes vulnérables », informe Edoh Pascal Agbové, Expert en décentralisation. D’après le spécialiste, il y a naturellement la société civile, les entreprises et d’autres groupes organisés.

Les élus locaux du Togo sont les décideurs. « Mais ils doivent coopérer avec les autres acteurs qui animent la vie de la collectivité », précise Edoh Pascal Agbové. Parmi ces acteurs, a-t-il dit, se trouve la société civile qui joue un rôle important.

Selon l’Expert, la société civile a des expertises dans différents domaines qui répondent mieux aux besoins des populations. « Si les élus locaux veulent avoir plus de résultats, il serait plus indiqué de travailler avec la société civile », a-t-il conseillé.

Prendre en compte les difficultés des personnes en situation de handicap

La Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées (FETAPH) a également pris part à ladite séance d’échanges. Pour l’organisation, les personnes en situation de handicap rencontrent beaucoup de difficultés dans leurs sociétés respectives.

Ainsi, les élus locaux du Togo  doivent désormais les prendre en compte dans les initiatives de développement des collectivités locales. C’est ce qu’a indiqué la coordinatrice du volet genre et protection de l’enfant handicap, Clémence Alokpénou.

Elle n’a pour l’occasion relevé les différentes discriminations dont sont victimes des personnes en situation de handicap, notamment dans les écoles et au niveau communautaire. Selon son constat, il n’y a pas de rampes dans les marchés. Avec les escaliers, ce serait difficile pour une femme en fauteuil roulant qui doit vendre au marché.

« Qu’est ce qui est faut pour que celle-là puisse accéder dignement au marché qui est construit ? », a-t-elle-interrogé. Tout en pointant du doigt le système éducatif qui, dit-elle, ne prend pas en compte les besoins spécifiques des personnes handicapés.

En rappel, le réseau Watch est composé d’une trentaine de DDH, basés dans sept (7) localités du Togo. Ils ont pour ambition de faire la promotion et la protection des droits de l’Homme de façon professionnelle, conformément aux normes internationales.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *