vendredi, novembre 27, 2020


RDC : Félix Tshisekedi obtient la démission du ministre de la Justice

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que la coalition au pouvoir en République Démocratique de Congo n’arrive pas à s’entendre…

Parredaction Catégorie Politique le 14 juillet 2020

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que la coalition au pouvoir en République Démocratique de Congo n’arrive pas à s’entendre sur plusieurs projets. Ce qui témoigne des polémiques autour du projet de reforme de la justice en RDC. Entre temps, le vice-Premier ministre en charge de la justice aurait été accusé d’avoir envoyé trois projets de loi sur la réforme de la justice sans que le président et le gouvernement n’en soient informés. S’en était suivie l’interpellation du ministre par la police et le mécontentement du premier ministre. Mais depuis lors, son départ était exigé par le chef de l’État Félix Tshisekedi. Quelle est la vraie raison ?

Comme nous l’évoquions tantôt, la démission du ministre de la justice serait toujours liée à la réforme de la justice et sa démission était exigée depuis plusieurs jours par le président Félix Tshisekedi. En effet, l’ancien vice premier ministre en charge de la justice avait envoyé une lettre au Parlement pour approuver les réformes judiciaires proposées par sa famille politique, le Front Commun pour le Congo (FCC, pro-Kabila), sans consulter préalablement le gouvernement. Cette démarche avait considérablement irrité Félix Tshisekedi qui avait alors dénoncé un manque de sincérité.

Face à cette situation, l’examen à l’Assemblée nationale de la proposition de réformes judiciaires initiées par le FCC et qui vise à renforcer les attributions du ministre de la Justice, a été suspendue.

Cependant, selon nos confrères de Jeune Afrique, Félix Tshisekedi, en évoquant le cas de Tunda Ya Kasende en conseil des ministres le 10 juillet, a notamment assuré n’avoir aucun problème personnel avec le ministre qu’il a qualifié « d’intègre et dévoué ». « Je sais qu’il a été poussé », aurait ajouté le chef de l’État aux membres du gouvernement. En cette même occasion, Félix Tshisekedi aurait évoqué les désaccords persistants avec ses alliés du FCC en déplorant le manque de sincérité et de dialogue au sein de la coalition.

A l’allure où se passent les choses, tout porte à croire que ce qui se dit entre le président Tshisekedi et Joseph Kabila est différent de ce qui est mis en œuvre par les alliés du FCC. Dans ces conditions, si le président arrive à obtenir la démission du ministre de la justice, c’est sans doute avec l’aval de Joseph Kabila.

Ceci relance le débat sur la portée des pouvoirs d’un président issu d’une coalition et n’ayant pas de majorité au parlement.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *