Rapport annuel 2021 de la BAD: l’institution ausculte la situation économique du Togo

La Banque africaine de développement (BAD) a rendu public au cours de la semaine dernière son rapport annuel 2021. Publié…

Parredaction Catégorie Economie le 30 mai 2022 Étiquettes : , , , ,


La Banque africaine de développement (BAD) a rendu public au cours de la semaine dernière son rapport annuel 2021. Publié en marge des assemblées annuelles qui se sont déroulées à Accra, le rapport revient sur la situation économique des pays du continent au cours de l’année 2021.

Selon ce rapport, la reprise de l’activité économique amorcée au Togo au début de l’année 2021 pourrait être freinée par plusieurs facteurs. Coup sur coup, la crise ukrainienne, le rebond du covid avec l’apparition de nouveaux variants et le changement climatique ont impacté la situation économique du pays.

L’impact de la crise ukrainienne sur les prévisions de croissance

Des trois facteurs étudiés par les experts de la BAD, le conflit russo-ukrainien est celui dont l’impact serait le plus impactant sur la croissance de l’économie togolaise. Notamment en raison des connexions commerciales du pays avec les deux belligérants.

“Pour 2022, les perspectives de l’économie semblaient favorables. Cependant, l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait ralentir la reprise que le Togo a initiée en 2021 (6% contre 1,8% en 2020), avec une croissance du PIB attendue à 5,8% contre une prévision initiale de 6,2% début février 2022”, peut on lire dans le rapport de la BAD.

Par ailleurs, l’institution panafricaine prévoit une nouvelle montée de l’inflation. Elle pourrait atteindre 4,6% contre une estimation initiale de 2,4%, selon les projections. Comme on le voit déjà, l’impact se ressentira beaucoup plus sur les produits importés comme le blé. “Environ 40% des importations de blé du Togo en 2020 provenaient de la Russie, ce qui suggère une forte probabilité d’un effet négatif sur la disponibilité et le prix de la céréale”, indique la BAD

Crise sanitaire et changement climatique, la BAD recommande la relance de Novissi

Au cours des dix dernières années, la part de l’agriculture dans la richesse togolaise s’est contractée de plus de 12 %, passant de 37,3 % en 2008 à 24,7 % en 2021. Pour la Banque africaine de développement (BAD), ce recul de la productivité agricole est à imputer au changement climatique.

Lire aussi: Economie : 35 millions de dollars pour l’exécution du Millennium Challenge Account au Togo

La BAD revient également sur l’évolution de la covid19 dont l’apparition de nouveaux variants a fortement pertubé la chaîne d’approvisionnement, notamment en provenance de Chine.

“La prise de conscience des risques ci-dessus rendrait nécessaire l’amplification des mesures de relance telles que le programme NOVISSI afin d’alléger le poids de la flambée des prix sur les ménages déjà durement touchés par les effets de la crise sanitaire”, indique ainsi la BAD.

Klétus Situ

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.