Site Ramsar : le processus de reconnaissance du chenal Gbaga en voie de finalisation

Le chenal Gbaga est un patrimoine naturel partagé par le Togo et le Bénin. Pour cela, les deux pays se…



Le chenal Gbaga est un patrimoine naturel partagé par le Togo et le Bénin. Pour cela, les deux pays se sont convenus, depuis 2016, d’ériger un site transfrontalier commun.

Le draft du site transfrontalier relatif au chenal Gbaga est soumis à étude pour validation. Ces écosystèmes caractéristiques sont notamment les mangroves. Ces dernières subissent une influence et un impact important dus aux activités des hommes.

Protéger le chenal Gbaga

Site Ramsar : le processus de reconnaissance du chenal Gbaga en voie de finalisationLes zones humides à l’instar du chenal de Gbaga sont protégées par la convention de Ramsar. Officiellement convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, aussi couramment appelée convention sur les zones humides, cette convention est un traité international adopté le 2 février 1971 pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative sous la désignation de site Ramsar.

Dans le cadre de ce site frontalier entre le Togo et le Bénin, la Convention de Ramsar recommande à chacun des deux pays d’inscrire leur portion respective avant la fusion et la reconnaissance de l’ensemble sous le statut du site RAMSAR frontalier.

Selon Lt-Col Agbessime Kossi AGBETI, Point focal pour la Convention Ramsar sur les Zones Humides, « inscrire une zone humide comme site RAMSAR fera que l’écosystème sera connu de partout. C’est faire un zoom sur cet écosystème pour pouvoir mobiliser des ressources pour faire face aux divers défis sur le plan socio-économique, écologique, culturel, touristique, etc. Le chenal Gbaga connait une forte dégradation. En ce sens, c’est beaucoup d’activités qui en pâtissent ».

Un document commun de gestion

Le processus pour l’inscription du chenal Gbaga est presque fini. En témoigne la finalisation du draft de proposition de l’accord bipartite de gestion du site. Ce document de règles de gestion de l’écosystème permettra de sensibiliser les communautés concernées sur la nécessité de sa préservation.

Site Ramsar : le processus de reconnaissance du chenal Gbaga en voie de finalisation« Nous allons sortir un document qui servira de proposition de règles de gestion de l’écosystème. Nous allons essayer de valider le contenu de ce que nous appelons les fiches descriptives Ramsar », a indiqué le Lt-Col AGBETI.

En effet, ces descriptives Ramsar constituent une étape sine qua non pour finaliser l’inscription même du chenal Gbaga, de manière officielle. « Nous voulons que ce soit un processus intégré », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler que le chenal Gbaga sera le cinquième site togolais inscrit sur la liste des sites Ramsar après le parc Oti, Keran, le complexe vert protégé de Togodo, la zone humide de Oti-Mandouri et celle du littoral.

Fafa A.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.