Rencontre du président Faure à Bruxelles avec Charles Michel

La visite européenne du président Faure Essozimna Gnassingbé est désormais connue de tous. Après le sommet de Paris, le président…

Parredaction Catégorie Dossiers le 20 mai 2021 Étiquettes : , , , ,

[bsa_pro_ad_space id=4]

La visite européenne du président Faure Essozimna Gnassingbé est désormais connue de tous. Après le sommet de Paris, le président togolais, s’est rendu à Bruxelles ce jeudi 20 mai 2021 sur invitation du Président du Conseil Européen, Charles Michel.

Une rencontre qui sera axée essentiellement sur le renforcement du partenariat entre l’Union et le Togo dans les domaines économique, politique et commercial.

Un voyage stratégique du président Faure après le sommet

Le Togo joue un rôle prépondérant dans les relations ACP-UE. En effet, le ministre des affaires étrangères du Togo est le négociateur en chef des Etats d’Afrique, Caraïbes et Pacifique, et a été d’une importance capitale dans la signature du nouvel accord post-Cotonou. Également, avec une coopération plus que jamais au mieux avec le Vieux Continent, le pays est devenu un pôle important sur le segment des exportations, bio notamment.

Rappelons qu’en 2021, un Forum économique avait été organisé entre les deux parties, pour attirer davantage d’investissements européens et promouvoir la création d’emplois dans le pays.

Un sommet préalable important pour le président FaureRencontre du président Faure à Bruxelles avec Charles Michel

Avant Bruxelles, le président Faure a participé au sommet de Paris où il a été question de la relance des économies africaines post-covid-19. Cette rencontre avec Charles Michel s’inscrit également dans cette dynamique de relance de l’économie togolaise après cette traversée du désert covid-19. Il sera d’ores et déjà question de financement et de redynamisation des relations Togo-UE.

Par ailleurs, Faure Gnassingbé avait souligné au sommet l’importance du secteur privé dans les économies africaines. « Le financement soutenable des économies est une question d’importance, et la question de l’appui au secteur privé africain l’est davantage encore. Le secteur privé est en effet le véritable moteur de création d’emplois et de richesses. Il n’y aura pas de relance forte sans l’amélioration des conditions de financement, en Afrique et à l’international, du secteur privé africain », avait déclaré le chef de l’Etat togolais à Paris.

Rappelons que l’économie togolaise a eu un taux de croissance de 1,8 % malgré la crise du covid19.

Lire aussi: Sommet de Paris : Faure Essozimna Gnassingbé plaide pour l’amélioration des conditions de financement du secteur privé africain

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *