PIA : un arrêté acte la création du centre de formation professionnelle

Un arrêté signé par le ministre des enseignements primaire et secondaire, technique et de l’artisanat, Dodzi Komla Kokoroko, ce mardi…

Parredaction Catégorie Economie Société le 13 avril 2022 Étiquettes : , ,


Un arrêté signé par le ministre des enseignements primaire et secondaire, technique et de l’artisanat, Dodzi Komla Kokoroko, ce mardi 12 avril 2022, acte la création sur le site de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA),  du Centre d’Excellence de Formation Technique et Professionnelle (CEFTP-PIA).

Cet arrêté ministériel intervient plus 9 mois après la pause de la première pierre du centre effectuée en juin dernier par Victoire Tomégah-Dogbé, cheffe du gouvernement en compagnie du ministre fédéral allemand chargé de la Coopération économique et du développement de l’époque, Gerd Müller.

Répondre au besoin de mains d’œuvre des secteurs industriels

PIA : un arrêté acte la création du centre de formation professionnelleSelon l’arrêté actant la création de ce centre de formation professionnelle sur le site de la PIA, le Centre d’Excellence de Formation Technique et Professionnelle a pour mission de concevoir et de mettre en œuvre en collaboration avec les acteurs du secteur industriel et commercial des projets et cycles de formation technique et professionnelle adaptée et répondant aux besoins de main d’œuvre et d’emplois dans les secteurs identifiés.

“Notre objectif est de permettre à la jeunesse togolaise de jouer pleinement son rôle dans la nouvelle approche de développement que nous amorçons avec la mise en place de la PIA”, avait déclaré en juin dernier, Victoire Dogbé, à l’issue de la cérémonie de pose de la première pierre.

Établissement public, financé par partenariat public-privé

PIA : un arrêté acte la création du centre de formation professionnellePar ailleurs, si la construction de cette structure de formation devant répondre aux besoins en main d’œuvre des industries installées sur la PIA, est financée dans le cadre d’un partenariat public-privé à hauteur 6,55 milliards FCFA (10 millions d’euros), le Centre d’Excellence de Formation Technique et Professionnelle a le statut d’établissement public doté d’une autonomie gestion administrative et financière.

En rappel, selon les indications données par la Primature en juin 2021, le futur centre devrait offrir un huit cursus de formation s’inscrivant dans 3 domaines dont l’agro-industrie et l’industrie de la construction. La structure qui pourrait accueillir 300 apprenants par cycle, occupera une superficie d’un hectare.

 

Klétus Situ

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.