mercredi, septembre 22, 2021


Pêche au Togo : un atelier de deux jours pour donner un nouvel élan au secteur

Les acteurs de la pêche au Togo sont en atelier depuis ce lundi 08 décembre à Lomé. Ceci pour deux…

Parredaction Catégorie Société le 8 décembre 2020 Étiquettes : , , , , , , ,


Les acteurs de la pêche au Togo sont en atelier depuis ce lundi 08 décembre à Lomé. Ceci pour deux jours. L’idée est de réfléchir sur la meilleure façon de migrer du Conseil Interprofessionnel de la Filière Pêche (CIFP-Togo) à une plateforme régionale plus dynamique et dont le nom sera dévoilé à l’issue des travaux.

C’est une initiative du ministre togolais en charge de la pêche, Edem Kokou Tengué qui a assisté à l’ouverture des travaux. Elle est soutenue par la CEDEAO en collaboration avec l’Union Européenne (UE).

Mise en place d’une nouvelle plateforme pour la pêche au Togo

En clair, l’atelier vise à la mise en place d’une plateforme des acteurs non étatiques du secteur de l’aquaculture et de la pêche au Togo.

Pour le ministre Edem Kokou Tengué, il faut vraiment aller au-delà pour une vraie professionnalisation du secteur de la pêche au Togo. Nous en avons besoin pour le développement et pour pouvoir être autosuffisant en ce qui concerne les ressources pour les protéines d’origine halieutique.

« Les populations ont besoin de ces produits de pêche pour se nourrir, mais aussi pour créer une industrie autour du secteur de la pêche et de l’aquaculture », a-t-il poursuivi lors du lancement de l’atelier.

Pour le président du conseil interprofessionnel, Pierrot Akakpovi, l’atelier est le bienvenu pour donner une nouvelle dynamique à l’interprofession.

« À partir de notre Conseil au plan national, nous nous organisons avec l’appui des partenaires pour être régional voire sous régional. Ce qui nous permettra d’être reconnu au niveau international et toutes nos activités aurons un appui technique et financier venant des partenaires », a-t-il indiqué.

Définir une dénomination

Au cours des deux jours, les participants vont ensemble définir une nouvelle dénomination avec laquelle le conseil national va intégrer la sous-région. Cela impliquera la révision des statuts et règlements entre autres.
Selon le Dr. Amadou Tall, responsable de l’amélioration de la gouvernance des pêches en Afrique de l’ouest, «le gouvernement togolais est très actif pour le développement de l’aquaculture et cela reste un indicateur pour faciliter l’appui au secteur au Togo ».

Malgré les efforts du gouvernement surtout avec la construction du nouveau port de pêche soutenue par la coopération japonaise, la production nationale évaluée à 25.000 tonnes est loin de combler les besoins nationaux en produits halieutiques.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *