vendredi, septembre 24, 2021


Togo: un an après les locales, le parti au pouvoir à l’écoute de ses conseillers élus

Après près de 30 ans, le Togo a organisé les élections locales, le 30 juin 2019, avec une large victoire…

Parredaction Catégorie Politique le 15 juillet 2020


Après près de 30 ans, le Togo a organisé les élections locales, le 30 juin 2019, avec une large victoire du parti UNIR Togo qui a raflé 895 sièges. Le parti présidentiel UNIR Togo est suivi par l’ANC (134 sièges). La coalition C14 a obtenu 131 sièges alors que les autres formations politiques et les candidats indépendants se sont partagés le reste des sièges à pourvoir.

Un an après, les problèmes dans certaines communes ont été signalés. La majorité de ces problèmes concernent les conseillers élus issus des partis au pouvoir. C’est dans la perspective de renforcer la cohésion entre les conseillers dudit parti et s’enquérir d’autres problèmes qu’une tournée a été organisée dans presque toutes les communes, la semaine dernière.

Les problèmes de personnes au cœur des discussions avec Unir Togo

En effet, selon les premiers responsables du parti Unir Togo, certaines communes connaissent des problèmes qui risquent de décrédibiliser le parti. Il s’agit essentiellement des problèmes de personnes du même parti qui n’arrivent pas à s’entendre sur l’essentiel. Certains élus locaux s’écarteraient de la ligne du parti. Pire, des alliances contre nature se noueraient avec d’autres partis, afin de destituer certains maires issus de leur rang.

Cette situation risque de fragiliser le parti Unir Togo lors des prochaines échéances électorales. Compte tenu de la gravité de certains actes, le parti a décidé d’aller à l’encontre de leurs élus en vue d’aplanir les différends et recevoir également de leurs doléances.

Partout où les diverses délégations se sont passées, ils ont eu à toucher du doigt les réalités, échanger avec les conseillers élus, aplanir les divergences d’opinion. Les témoignages ont permis aux différentes délégations de savoir comment renforcer la cohésion au sein des élus locaux.

Les élus connaissent bien d’autres difficultés

L’occasion a, également, permis aux élus locaux des nouvelles communes en particulier, de soulever les difficultés infrastructurelles et financières. Un autre point essentiel qui a retenu l’attention des délégations est la question des conflits de compétences entre les représentants du pouvoir central, les préfets et les maires. Ces conflits freinent souvent le développement des communes, car les préfets ne veulent pas laisser la main libre aux élus locaux pour travailler.

Ce dernier point relatif aux conflits de compétences entre les représentants du pouvoir central et les maires ainsi que les difficultés infrastructurelles et financières montrent à suffisance que le Togo est encore un peu loin de la vraie décentralisation.

Il urge de s’occuper non seulement des problèmes internes au parti au pouvoir, mais il est, aussi, capital de rendre la décentralisation effective à tous les niveaux.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *