vendredi, septembre 24, 2021


Ouverture du procès d’Al Hassan à la CPI

Le présumé djihadiste Al Hassan comparaît, le mardi 14 juillet 2020, devant les juges de la Cour Pénale Internationale (CPI)….

Parredaction Catégorie Société international le 15 juillet 2020


Le présumé djihadiste Al Hassan comparaît, le mardi 14 juillet 2020, devant les juges de la Cour Pénale Internationale (CPI). Selon les informations, il est poursuivi pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis lors de l’occupation de Tombouctou, par des groupes terroristes Ansar Dine et Aqmi, en 2012. Au cours de ce procès d’ouverture, les juges vont écouter les déclarations de l’accusation.

Quels sont les chefs d’accusation contre le djihadiste Al Hassan ?

Le djihadiste Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, ce commissaire de la police islamique, a, à son actif, une liste de treize chefs d’accusation commis entre début avril 2012 et fin janvier 2013.

Il s’agit, entre autres, des actes de torture, de viols, d’esclavage sexuel, de persécution de la population pour des motifs religieux et sexistes, d’atteintes à l’intégrité corporelle et atteintes à la dignité de la personne ainsi que des attaques intentionnellement dirigées contre des bâtiments consacrés à la religion et monuments historiques.

Mais d’après les informations, ce présumé ex membre d’Ansar Dine (un des groupes armés djihadistes ayant pris le contrôle d’une région reculée du nord du Mali en mars-avril 2012) transféré à la CPI le 31 mars 2018, comparaît sur le banc des accusés en tant qu’un « simple exécutant ».

Le déroulement de la première séance du procès 

L’audience, du mardi 14 juillet 2020, va permettre aux juges d’écouter les déclarations de l’accusation, « qui avait affirmé lors des précédentes audiences du djihadiste Al Hassan avait joué un rôle déterminant dans le « calvaire » subi par les habitants de Tombouctou sous la mainmise djihadiste ». Et les premiers témoins auront jusqu’à fin août pour faire leurs dépositions. Compte tenu de la pandémie sanitaire (Covid19), certains témoins seront, d’après les informations, auditionnés par vidéo conférence.

Quant à la défense, aucune annonce n’a été encore faite. La CPI n’a pas dévoilé tout le calendrier du procès. Selon nos confrères de France24, la défense prononcera ses déclarations en même temps que les représentants légaux des victimes, à une date ultérieure, une fois que les preuves auront été présentées aux juges, a précisé la CPI.

D’après Rfi, Maitre Taylor, l’avocate du djihadiste Al Hassan a demandé à clore le dossier. Pour elle, son client aurait été torturé par la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) du Mali, peu après son arrestation en 2017.

Pour rappel, le djihadiste Al Hassan est originaire de la communauté d’Hangabera, située à une dizaine de kilomètres au nord de Goundam. C’est un Touareg de la tribu des Kel Ansar.

Lire sur: Mali : dialogue de sourds entre le président et les députés nouvellement élus

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *