Occupation anarchique du littoral: déguerpir pour de bonnes causes

Le littoral du Togo fait le chou gras auprès de l’opinion publique ces derniers jours. Pour cause, le déguerpissement des…

Parredaction Catégorie Société le 18 février 2021 Étiquettes : , , , , ,


Le littoral du Togo fait le chou gras auprès de l’opinion publique ces derniers jours. Pour cause, le déguerpissement des occupants annoncé. La décision est difficilement accueillie par les personnes concernées qui y voient une mise en péril de leurs activités génératrices de revenus.

Réuni en Conseil des ministres ce mercredi, 17 février 2021, l’exécutif s’est penché sur le sujet. Sous la présidence du Chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé, le gouvernement a examiné deux avant-projets de loi, un projet de décret et écouté sept (07) communications. La question relative à l’occupation anarchique du littoral a fait l’objet d’une communication.

Un aménagement imminent du littoral du Togo

C’est le ministre de l’Économie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière, Kokou Edem Tengue, qui a présenté cette communication. Celle-ci fait suite à l’adoption en Conseil des ministres de la loi portant aménagement du littoral du Togo.

En effet, le gouvernement dit avoir constaté une occupation anarchique et illégale du littoral du Togo. Ainsi, il a été initié des travaux devant conduire à l’adoption d’un schéma directeur d’aménagement du littoral. Le but, a fait savoir l’exécutif, est de faciliter une occupation rationnelle du littoral tout en préservant la sécurité et l’environnement.

De ce fait, le Conseil a instruit le ministre Edem Tengue, à accélérer les travaux du schéma directeur à travers une sécurisation du littoral (par exemple en renforçant l’éclairage public). Dans ce sens, une autre action est en cours. Il s’agit de la sensibilisation des occupants des lieux en vue d’une préparation de processus de déguerpissement annoncé 30 août 2020, via un communiqué.

Le déguerpissement, une pilule amère à avaler

Actuellement, un bras de règne entre les autorités de la commune du Golfe 4 et les occupants du littoral. Ceci, fait suite à un courrier de mise en demeure de la commune, demandant aux personnes concernées de libérer les lieux dans les brefs délais.

Les opérateurs économiques installés sur le littoral du Togo, quant à eux, conçoivent mal cette décision. Lundi, 15 février dernier, les autorités municipales ont tenu une conférence de presse pour expliquer le bien-fondé de cette décision, qui n’émanait pas du ressort communal.

Pour Isabelle Améganvi, 1er adjoint au maire, le déguerpissement n’est pas négociable. Il faut donc libérer les lieux pour laisser place à la mise en œuvre du Programme de gestion du littoral ouest-africain (WACA). Ce dernier est un projet sous régional. « (…) les gens ne peuvent pas rester sur le littoral pendant que ces travaux-là se font », a expliqué Mme Isabelle Améganvi.

Lire aussi  / Lutte contre l’érosion côtière : les autorités administratives outillées sur le WACA ResIP

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *