Education : numéro vert 8250 pour faciliter les réformes académiques

Le numéro vert 8250 est disponible pour tous les acteurs de l’éducation au Togo. Une série de réformes académiques au…

Parredaction Catégorie Société le 20 avril 2021 Étiquettes : , , , ,


Le numéro vert 8250 est disponible pour tous les acteurs de l’éducation au Togo. Une série de réformes académiques au Togo a été entreprise pour l’amélioration du secteur. Cette initiative est portée par le ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat, Prof Dodzi Komla Kokoroko. Ces réformes pédagogiques et académiques s’inscrivent dans la mise en œuvre de la feuille de route gouvernementale 2025.

Dans ce sens, le ministère vient de mettre à la disposition des acteurs du système de l’Education au Togo et de la population un numéro vert. Il s’agit du numéro vert 8250 qui est ouvert sur tous les réseaux de communications électroniques sur l’ensemble du territoire national.

Importance du numéro vert 8250

La note circulaire du ministre Dodzi Kokoroko relative au numéro vert a été rendue publique ce lundi, 19 avril 2021. Le but, a-t-il fait comprendre, est d’assurer l’effectivité des réformes entreprises dans le secteur de l’Education au Togo.

Ainsi, le numéro vert est mis en service, d’une part, au profit des corps enseignant et d’encadrement, des apprenants et des parents d’élèves. D’autre part, il est accessible aux usagers du service public scolaire et de tout citoyen togolais.

Il faut préciser que le numéro vert 8250 sera utilisé dans le cadre de la mise en place d’un Service vox et SMS gratuit au bénéfice du secteur éducatif. « L’objectif est d’assurer une remontée rapide d’informations sur les éventuels dysfonctionnements et manquements, afin de mener des actions urgentes et ciblées », précise le communiqué.

Education au Togo, les contours de l’usage du numéro vert

Les personnes désireuses d’apporter des contributions au succès des réformes de l’éducation au Togo seront garanties et strictement encadrées. Ce, conformément aux textes en vigueur. Le ministre rassure quant à la sécurité et l’anonymat des usagers du 8250.

Mais, le Professeur Kokoroko n’entend tolérer les mensonges ou plaisanteries. « Je rappelle également aux usagers que les déclarations mensongères et calomnieuses sont punies, conformément aux dispositions des articles 290 et suivants du nouveau Code pénal du Togo », a-t-il prévenu.

Au surplus, poursuit-il, toutes les remontées d’informations feront systématiquement l’objet d’une vérification. « Elles seront scrupuleusement examinées, croisées et analysées afin de déceler celles qui seraient faites à dessein pour nuire à autrui », précise la note.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *