mercredi, novembre 25, 2020


Niger : Les agents de l’ONG APIS libérés mais toujours portés disparus

Malgré que les autorités locales aient annoncé leur libération le 1er juillet 2020, les neuf agents de l’ONG Action et…

Paradmin Catégorie Société le 8 juillet 2020 Étiquettes :

Malgré que les autorités locales aient annoncé leur libération le 1er juillet 2020, les neuf agents de l’ONG Action et Programme d’Impact au Sahel (APIS) sont toujours introuvables. Aucune nouvelle de ces humanitaires depuis leur libération.

C’était le 24 juin dernier que les agents de l’APIS ont été enlevés dans le village de Bossey Bangou, situé dans la préfecture de Torodi. Ils étaient onze à se rendre dans cette localité près de la frontière burkinabé, pour une mission de ciblage et de recensement des populations vulnérables, en vue d’une aide alimentaire.

Ainsi, leur enlèvement a été perpétré, d’après les informations, par quatorze djihadistes dans cette zone interdite et en plein état d’urgence à cause de l’insécurité grandissante.
Il y a une semaine, le gouverneur de la région de Tillabéry, Diabri Assimiou, et un des responsables du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) avaient annoncé la libération des agents sans toutefois donner des détails y afférents. Aussi, aucune information n’a été révélée sur les conditions de libérations des otages, ni l’état de santé physique ou mentale de ceux-ci.

D’après nos confrères de Rfi, les ex-otages ont, après leur libération, été aperçus dans un village proche de la frontière burkinabé et du parc « W ». « Ils tentaient de rejoindre le chef-lieu de la préfecture de Torodi, à 100 kilomètres au sud-ouest de Niamey », a précisé la Radio France internationale dans son article du 02 juillet dernier.

Cependant, ces agents sont, aux dernières nouvelles, introuvables. « Est-ce qu’ils sont perdus ? Est-ce qu’ils sont toujours détenus ? Les recherches continuent mais il y a beaucoup d’éléments tenus au secret », s’interroge un responsable humanitaire.

Egalement, la rédaction de Rfi a précisé qu’une autorité locale à confirmer que les neuf agents n’ont finalement pas réapparus et qu’ils seraient, selon lui, toujours en captivité.

L’enlèvement des humanitaires est une première au Niger. A l’issue de l’annonce de la libération des otages, des sources sécuritaires bien informées, a indiqué Rfi, avaient fait savoir que les forces nigériennes ne sont pas intervenues. « Toujours selon la même source, il pourrait s’agir d’un acte volontaire des jihadistes, les agents humanitaires locaux n’ayant aucune valeur marchande », écrit le journal.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *