vendredi, septembre 24, 2021


Togo/Mise en œuvre de la ZLECAF : le pays de Faure Gnassingbé classé 3ème en Afrique

La mise en œuvre de la ZLECAF (Zone de libre-échange continentale africaine) implique plusieurs états dont le Togo. Ainsi, dans…

Parredaction Catégorie Dossiers le 26 août 2020 Étiquettes : , , ,


La mise en œuvre de la ZLECAF (Zone de libre-échange continentale africaine) implique plusieurs états dont le Togo. Ainsi, dans la préparation et l’engagement pour l’installation de cette plateforme, le Togo de Faure Gnassingbé est classé troisième pays en Afrique.

C’est à travers un classement effectué par AfroChampions. Il s’agit d’une plateforme d’échanges portée par des chefs de la grande entreprise et des personnalités politiques du continent africain en partenariat avec le cabinet Konfidant.

Togo, le pays plus engagé dans la mise en œuvre de la ZLECAF

Lancée symboliquement lors du sommet de l’UA à Niamey en janvier dernier, la mise en œuvre de la Zlecaf a recueilli la signature et la ratification de 30 pays. Selon les informations recueillies sur le site de la République togolaise, le Togo est classé en 3ème position sur le continent avec un score de 63,31 %.

Les critères de classement portent sur l’engagement envers le Traité et la mise en place d’une stratégie nationale de mise en œuvre, l’engagement en faveur de la libre circulation. Aussi, la préparation à la facilitation des échanges (qui considère notamment la qualité de l’infrastructure commerciale et l’efficacité des douanes).

En termes de préparation stricte et d’engagement dans l’implémentation de l’Accord (signature et la ratification du protocole sur la libre circulation des personnes et l’ouverture des visas du pays), le Togo qui avait affirmé son optimisme quant à l’opérationnalisation du mécanisme, se classe 14è. D’une façon globale sur le continent, le niveau d’engagement et de préparation se situe autour des 50%.

Mise en œuvre de la ZLECAF, un projet salué par Robert Dussey

Dans une interview accordée à la Deutsche Welle en juillet dernier, le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey a salué l’initiative qui, selon lui, doit créer un marché commun de 1,2 milliard d’habitants avec un PIB cumulé avoisinant les 2500 milliards de dollars.

« Depuis la création de l’Union africaine, c’est la première fois que le continent a la volonté d’ouvrir les frontières afin de faciliter le commerce intra africain et la liberté de mouvement », a-t-il déclaré. Il a poursuivi en disant qu’« Il y a des peurs, des appréhensions, mais nous allons y arriver ».

Dans le classement de la mise en œuvre de la ZLECAF, le Togo se place derrière le Rwanda et le Kenya et dans la sous-région, le pays devance respectivement la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Sénégal et le Niger.

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *